AccueilActualités informatiqueEmacs, l'arrière-grand-père des éditeurs de texte, a une nouvelle maison en ligne

Emacs, l’arrière-grand-père des éditeurs de texte, a une nouvelle maison en ligne

Le développeur web et philosophe des sciences néerlandais Thomas F. K. Jorna semble être un fan des éditeurs de texte old school : En tout cas, il a donné à l’éditeur de texte Emacs, programmé en C et Lisp, une nouvelle présence en ligne, sur laquelle les amis de Plaintext trouveront pour commencer la documentation sur GNU Emacs, GNU Elisp ainsi qu’un Org Manual pour organiser sa vie en pur balisage et un guide un peu plus complexe sur l’éditeur LaTeX AUCTeX.

Sommaire

Selon une entrée GitHub, Jorna en avait manifestement assez de manipuler le manuel vieillot d’Emacs et souhaitait une mise en œuvre plus moderne, qu’il a rapidement créée lui-même. Le site web emacsdocs.org qu’il a créé accueille également d’autres documentations au design frais, pour autant qu’elles remplissent deux conditions :

  1. Elles doivent être sous la licence GNU Free Documentation License (GFDL) 1.3 ou une licence libre similaire et
  2. ils doivent être en Markdown ou dans un format HTML pour Big Single Pages.

Selon Jorna, les manuels sous la GNU General Public License version 3 (GPLv3) n’entrent pas en ligne de compte pour la conversion sur le site web, car la GPLv3 contient une licence de brevet explicite et ne fait donc pas partie des licences libres. Les contenus publiés sous Creative Commons 4.0 ou Creative Commons Attribution-Share-Alike 4.0, entre autres, conviennent.

Ceux qui travaillent avec GNU Emacs et souhaitent faciliter leurs recherches à l’avenir devraient apprécier le nouveau site web Docusaurus. Le projet emacs-docs se trouve sur GitHub, où les personnes intéressées apprennent également comment compléter leurs propres documents pertinents. Jorna a partagé les scripts de conversion nécessaires ainsi que les instructions dans son dépôt.

Derrière Emacs, il y a d’abord eu une collection de macros au MIT, qui a été transférée à la fin des années 1970 sur le système mainframe Multics. Le premier langage de programmation était Maclisp. En 1981, James Gosling a converti Emacs en C pour les systèmes Unix (avec le langage d’extension Mocklisp) et a vendu le code à UniPress. En 1984, l’activiste open source Richard Stallman a commencé une nouvelle implémentation, l’actuel GNU Emacs.

Le programme était placé sous la première licence copyleft, qui deviendra plus tard la GNU General Public License (GPL). L’éditeur est principalement programmé dans son propre dialecte de Lisp (Emacs Lisp), qui utilise d’autres structures de données que Maclisp. Le noyau est constitué d’un interpréteur écrit en C pour Emacs Lisp. La programmabilité d’Emacs est certainement un avantage : ainsi, chez , certains rédacteurs et rédactrices utilisent ou ont utilisé Emacs avec un mode iX spécial qui marque des particularités comme par exemple les passifs.

Lire aussi

La version actuelle d’Emacs est la 27.2 de mars 2021, la dernière version majeure (version 27.1) était sortie en août 2020 et permet entre autres le traitement de JSON. Un dérivé connu datant de la fin des années 1980 est XEmacs, dont le développement ne progresse toutefois que timidement : La dernière version officielle date de 2017 et le design ne semble plus tout à fait au goût du jour.

Pour macOS, il existe un fork appelé Aquamacs, et en 2017, une nouvelle implémentation écrite en Rust est apparue (Remacs). Selon le dépôt GitHub, le rapprochement entre Rust et Emacs n’est pas considéré comme un échec, mais il est en sommeil : les derniers travaux sur le projet ont eu lieu il y a environ deux ans.

Note de mise à jour [30.11.2021]: Ajout d’une remarque sur la programmabilité et le mode iX.

Plus d'articles