AccueilActualités informatiqueEnquête Bitkom : pas une seule femme dans une entreprise informatique sur...

Enquête Bitkom : pas une seule femme dans une entreprise informatique sur dix

Selon l’Agence fédérale pour l’emploi, la proportion de femmes dans le secteur des technologies de l’information et de la communication (TIC), qui emploie actuellement 1,25 million de personnes, stagne depuis plus d’une décennie à environ 30 %. Pour savoir pourquoi il en est ainsi, Bitkom Research a interrogé plus de 500 entreprises du secteur employant au moins dix personnes. La nouvelle est positive : 24 pour cent des entreprises veulent augmenter leur part de femmes. Toutefois, il est également apparu que plus les entreprises sont petites, plus la proportion de femmes est faible. Dans 11 pour cent des entreprises, aucune femme n’est employée, dans 76 pour cent, la part des femmes se situe entre 1 et 25 pour cent et dans 7 pour cent des entreprises, entre 26 et 50 pour cent.

Frauenanteil steigt bei größeren Unternehmen

La proportion de femmes augmente avec la taille de l’entreprise

(Image : Bitkom Research)

Les femmes continuent d’être rarement représentées à des postes de direction dans les entreprises informatiques. 66 pour cent des entreprises pensent que les « rôles traditionnels » dans les entreprises seraient à l’origine d’une faible proportion de femmes. 62 pour cent considèrent le secteur des TIC comme peu attractif et pour plus de la moitié, l’enquête met en cause les obstacles à la réinsertion des femmes après un congé parental. La politique serait responsable à 78 pour cent en raison d’une infrastructure de garde d’enfants insuffisante.

Sommaire

Raisons possibles de la faible proportion de femmes aux postes de direction

(Image : Bitkom Research)

Plus de la moitié des entreprises sont convaincues qu’il y a trop peu de femmes qualifiées pour les postes de direction [-] près de cinquante pour cent attribuent la responsabilité d’une faible proportion de femmes à des postes de direction à une moins bonne autopromotion. Pour 38 pour cent des entreprises, le manque de réseaux pour les femmes en est la cause.

Près d’un tiers des entreprises ne se seraient pas fixé d’objectifs pour augmenter la proportion de femmes parmi les cadres moyens ou supérieurs. Les raisons invoquées par 64 pour cent des entreprises sont qu’elles ne disposent pas d’un nombre suffisant de candidates et que 30 pour cent refuseraient de nommer des femmes à ces postes. 21 pour cent fixeraient d’autres priorités, 15 pour cent ne verraient pas la nécessité d’agir et 14 pour cent refuseraient des femmes parce qu’elles ne sont pas appropriées en raison de leurs enfants.

Selon l’enquête de Bitkom, une entreprise sur deux n’a pas de responsabilité en matière d’égalité des sexes. Seules respectivement deux et trois pour cent des entreprises interrogées disposent d’une personne chargée de l’égalité des chances. Dans un quart des entreprises, c’est le service des ressources humaines qui se chargerait de cette tâche et dans 22 pour cent, la direction. Ce sont donc presque exclusivement les entreprises de moins de 200 salariés qui sont concernées.

Parmi les mesures visant à promouvoir les carrières des femmes, 40 pour cent des entreprises interrogées soutiennent les femmes par des programmes de formation continue. 34 pour cent misent sur des conditions de travail plus favorables à la famille et près d’un quart recrutent de nouveaux collaborateurs en collaboration avec des universités. Les modèles de communication, le mentoring et le partage de poste sont utilisés par environ 20 % des entreprises interrogées. 8 % d’entre elles offrent la possibilité d’occuper un poste de direction à temps partiel, selon l’enquête.

Flexibilité et formation continue pour les femmes

(Image : Bitkom Research)

Pour 76% des entreprises, la préférence pour les femmes à qualifications égales ne serait pas encore un sujet de discussion.

La plupart des entreprises (93 pour cent) estiment que les équipes mixtes contribuent à un meilleur climat de travail, 73 pour cent font état d’une meilleure productivité dans ces équipes. 85 pour cent trouvent que les femmes apportent de nouvelles idées et d’autres points de vue dans l’entreprise et 83 pour cent considèrent les femmes comme un moyen de lutter contre la pénurie de personnel qualifié.

Points forts des équipes mixtes dans le secteur informatique

(Image : Bitkom Research)

Afin de s’engager pour plus de femmes dans l’informatique, Bitkom soutient l’initiative #SheTransformsIT, créée en 2020 à l’occasion du sommet numérique du gouvernement allemand, qui « s’engage pour plus de femmes dans la numérisation ». Nous avons besoin d’un effort commun dans la politique, l’économie, la science et la société civile pour renforcer les femmes dans le secteur du numérique ». […] Ce premier état des lieux montre clairement à quel point notre initiative est nécessaire. Nous voulons qu’à l’avenir, toutes les entreprises informatiques voient l’importance des équipes mixtes et ce qu’elles peuvent faire pour attirer les femmes », a déclaré Anna Christmann, membre du Bundestag (Bündnis 90/Die Grünen), lors de la conférence de presse de Bitkom qui a accompagné l’enquête.

« Il faut des modèles de rôle et une approche ciblée des femmes dans le recrutement du personnel, des femmes fortes ayant des responsabilités de direction, des réseaux performants et des mesures très concrètes comme l’ancrage de la promotion des femmes dans les conventions d’objectifs des cadres », a déclaré la vice-présidente de Bitkom, Sabine Bendiek.

Plus d'articles