AccueilActualités informatiqueFleet, l'éditeur de code source : JetBrain s'attaque à Visual Studio Code

Fleet, l’éditeur de code source : JetBrain s’attaque à Visual Studio Code

Dans le cadre de la mise à jour régulière des environnements de développement de Webstorm à IntelliJ IDEA, JetBrains lance un nouveau cheval dans la course : Fleet est un éditeur de code source léger qui, en plus de la mise en évidence de la syntaxe et de l’autocomplétion, apporte des fonctions typiques de l’EDI, entre autres pour le débogage.

L’éditeur devrait en principe s’adresser à un groupe cible similaire à celui de Visual Studio Code. Comme l’éditeur open source de Microsoft, Fleet mise sur une structure allégée, mais sur un ensemble de fonctions suffisamment large. En outre, il offre dès le départ des fonctions étendues pour le travail réparti sur des projets de programmation. Actuellement, Fleet est en phase de test fermée.

Sommaire

JetBrains a probablement développé Fleet à partir de zéro. Tant l’architecture que l’interface utilisateur sont indépendantes des autres environnements de développement du fabricant d’outils tchèque.

L’éditeur mise sur une architecture distribuée et vise ainsi les projets qui ne sont pas forcément disponibles localement, mais qui sont stockés sur des serveurs distants ou dans des conteneurs. En outre, plusieurs développeurs peuvent travailler ensemble sur un même espace de travail.

Fleet se compose de quatre éléments distincts : le frontend, le workspace, le backend et un Fleet System Daemon (FSD). Le frontend offre l’interface utilisateur et des fonctions de base telles que la mise en évidence simple de la syntaxe. Le backend s’occupe de l’indexation, de l’analyse statique ainsi que des fonctions de recherche et de navigation avancées. Il peut être mis en œuvre en tant que serveur linguistique ou en tant que IntelliJ IDEA headless.

L’espace de travail peut gérer plusieurs composants frontaux, backend et FSD.

(Image : JetBrains)

L’espace de travail est le point de contact central qui peut relier plusieurs front-ends et back-ends ainsi que d’autres composants. Enfin, le FSD fournit la connexion au code source proprement dit et aux SDK. Il est chargé de créer des projets et d’exécuter le code compilé. Par ailleurs, le démon permet d’effectuer d’autres actions dans l’environnement cible, notamment par le biais de commandes sur le terminal.

L’éditeur de code source est conçu pour de nombreux langages et formats de programmation. Au moment de l’annonce, il traite Java, Python, Go, JavaScript, Rust, TypeScript, JSON et le langage maison de JetBrain, Kotlin. PHP, C++, C# et HTML devraient suivre prochainement. Selon le tweet de lancement Fleet s’appuie sur le moteur de traitement de code d’IntelliJ IDEA.

Outre la mise en évidence de la syntaxe et l’autocomplétion, Fleet apporte une navigation avancée et des fonctions de refactoring. De plus, l’outil gère le débogage des applications.

Comparé aux environnements de développement de JetBrains, Fleet offre une structure allégée.

(Image : JetBrains)

Fleet offre quelques fonctionnalités pour le développement collaboratif de projets. Outre son architecture distribuée capable de relier plusieurs frontaux, il offre une connexion directe à l’outil de collaboration Space, que JetBrains avait présenté pour la première fois fin 2019.

Selon un tweet de l’équipe Fleet, l’outil lui-même est en grande partie écrit en Kotlin, complété par du code Rust pour l’implémentation native. Le framework UI devrait apporter des concepts similaires à ceux de Jetpack Compose, mais il s’agit d’un développement entièrement indépendant qui a commencé avant Compose. Le soubassement devrait être nettement plus léger que Visual Studio Code ou Atom, qui se basent tous deux sur le framework Electron.

Selon le billet de blog annonçant la sortie, Fleet vise ceux qui « ont parfois besoin d’un seul éditeur, mais qui veulent aussi un EDI complet, qui cherchent un seul outil plutôt que plusieurs spécialisés, et qui ont besoin de fonctionnalités pour des scénarios spécifiques que les EDI JetBrains existants n’apportent pas lorsqu’il s’agit de développement distribué ». Cependant, l’article précise également que Fleet n’est pas destiné à remplacer les autres IDE JetBrains, mais qu’il est conçu comme une option supplémentaire.

Le blog ne parle pas non plus du modèle de licence ni du concept de plug-in. Ce dernier est à prévoir, du moins en raison de l’architecture et des plug-ins pour les autres IDE JetBrains. Ceux qui souhaitent tester l’outil peuvent s’inscrire à la phase de test fermée sur la page Preview.

Plus d'articles