AccueilActualités informatiqueGuerre en Ukraine : levée de l'alerte chez les fabricants de semi-conducteurs

Guerre en Ukraine : levée de l’alerte chez les fabricants de semi-conducteurs

Divers fabricants de puces contestent les craintes selon lesquelles l’invasion russe en Ukraine pourrait alimenter la pénurie mondiale de puces. L’Ukraine est certes un important exportateur de gaz rares, nécessaires à la production de semi-conducteurs, mais depuis l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014, l’industrie des semi-conducteurs s’est diversifiée afin de ne pas dépendre de certains fournisseurs.

Il s’agit en premier lieu du néon, mais aussi de l’argon, du krypton et du xénon. Ces gaz sont nécessaires à la production de semi-conducteurs lors de la phase d’exposition, car ils servent de milieu pour générer les ondes lumineuses dans les lasers utilisés.

La Semiconductor Industry Association (SIA), dont font partie AMD, Broadcom, Globalfoundries (GF), Infineon, Intel, Micron, Nvidia, Qualcomm, Samsung et TSMC, lève l’alerte. La chaîne d’approvisionnement dans l’industrie des semi-conducteurs est donc suffisamment large et dispose de réserves de stock suffisantes pour éviter les pénuries.

Les membres de la SIA ont l’intention de respecter les sanctions économiques contre la Russie, y compris les interdictions d’exportation, bien que l’ampleur de ces sanctions ne soit pas encore très claire. Mais la Russie n’est finalement qu’un petit marché, qui représente moins de 0,1 pour cent des ventes mondiales de puces – c’est ainsi que la SIA cite l’organisation World Semiconductor Trade Statistics (WSTS). Le marché plus large des technologies de l’information et de la communication représentait en Russie en 2021 un peu plus de 50 milliards de dollars sur les 4,47 billions de dollars que compte le monde.

En plus de la SIA, certaines entreprises ont publié leurs propres déclarations dans des termes similaires, comme Globalfoundries, Intel et Micron vis-à-vis de Bloomberg ainsi que l’équipementier néerlandais ASML vis-à-vis de Reuters.

Plus d'articles