Le conseil d’experts Corona veut transformer les dossiers médicaux électroniques

Alors que l’État fédéral et les Länder discutent de la marche à suivre lors du sommet Corona actuel, le Conseil d’experts du gouvernement fédéral n’a pas seulement des propositions à faire pour lutter contre la pandémie. Dans une deuxième lettre publiée samedi soir, il plaide en faveur d’une numérisation accrue du système de santé. Le dossier électronique du patient doit y jouer un rôle prépondérant.

Le Conseil d’experts du gouvernement fédéral a publié tard samedi soir deux lettres contenant des conseils sur le système de santé. Dans un avis, il se penche sur la numérisation. Celle-ci devrait être développée de manière globale conformément à l’avis 2021 des experts.

La numérisation du système de santé doit se faire « avec l’extraction, l’analyse et la publication en temps réel de données de santé anonymisées ». Pour cela, les 19 experts souhaitent revoir de fond en comble le dossier électronique du patient, qui doit être mis en œuvre « en toute priorité ». Car actuellement, le dossier médical ne se prête pas à l’extraction et à l’exploitation des données en temps réel, comme ils le souhaitent – la souveraineté des données pour leur transmission ou leur exploitation revient au seul patient. C’est pourquoi une refonte du dossier patient fait partie des « mesures de préparation à l’hiver 2022/23 » à moyen terme.

Dès la première phrase de ces mesures, le texte est clair : « Les données relatives à la santé devraient être disponibles le plus rapidement possible, au cas par cas et dans leur intégralité, sous la forme d’un dossier électronique du patient et être accessibles non seulement dans le but d’améliorer les soins aux patients, mais aussi pour une évaluation scientifique anonymisée ». Dans son avis, le Conseil d’experts n’aborde pas la question de savoir comment le dossier médical peut être transformé de manière à ce qu’il puisse être entièrement rempli de données et que celles-ci puissent circuler en temps réel.

Il est seulement mentionné que le système électronique allemand de déclaration et d’information pour la protection contre les infections (DEMIS) devrait jouer un rôle dans la prise en charge des données des patients. En sous-main, on devrait ainsi passer d’un dossier patient facultatif (opt-in) à un dossier patient activé par défaut pour tous les assurés. Étant donné que les infections doivent être enregistrées dans leur intégralité, une désinscription du système de dossier (opt-out) ne devrait pas être une option.

Lire aussi

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici