AccueilActualités informatiqueLe patron d'Apple : la prévention du sideloading de l'iPhone est une...

Le patron d’Apple : la prévention du sideloading de l’iPhone est une priorité absolue

Apple n’a pas l’intention de céder le contrôle de la distribution des applications pour les iPhones : La société est actuellement « très, très concentrée » sur la présentation des éléments de confidentialité et de sécurité de l’App Store aux régulateurs et aux législateurs, a souligné le chef d’Apple Tim Cook vendredi soir en réponse aux questions des analystes financiers. Pour maintenir la sécurité de la plateforme, il ne devrait pas y avoir de sideloading ou d’autres moyens de transférer des applications non vérifiées sur les iPhones, a-t-il ajouté.

Sommaire

Il s’agissait du « numéro un » sur la liste d’Apple en ce qui concerne l’App Store, tout le reste suivant par une « large marge », a expliqué Cook. Le chargement en Sideloading contournerait également les fonctions de protection de la vie privée de la boutique d’applications et ébranlerait la confiance dans le marché. M. Cook n’a pas répondu à la question d’un analyste qui voulait savoir si Apple s’attendait à ce que les changements imminents de l’App Store réduisent les ventes de sa division services, désormais énorme.

Les régulateurs et les politiciens de plusieurs pays tentent de forcer l’ouverture de l’iPhone : Celui qui n’est pas satisfait des prix pratiqués au supermarché peut simplement se rendre dans le magasin suivant, cela devrait également s’appliquer à la vente d’applications, a souligné cet été Margrethe Vestager, commissaire européenne chargée de la concurrence. Les applications pour iPhone ne peuvent être vendues que sur l’App Store d’Apple. Le fabricant contrôle toutes les apps et conserve une commission sur la vente du contenu numérique dans les apps.

Lire aussi

Mme Vestager a précédemment mis en garde Apple contre l’utilisation de la confidentialité et de la sécurité comme « bouclier contre la concurrence ». Les autres modes de distribution des applications ne signifient pas automatiquement qu’il faille abandonner, a-t-elle ajouté. Les sénateurs américains tentent actuellement d’inscrire dans la loi un « marché ouvert des applications ». En réponse aux poursuites judiciaires et aux audits, Apple fait actuellement marche arrière par rapport aux exigences mineures initiales de l’app store. Toutefois, ces concessions sur les règles individuelles ne vont pas « suffisamment loin », a déclaré le Sénat américain en septembre.

Plus d'articles