AccueilActualités informatiqueLe patron d'Intel Pat Gelsinger irrite le fabricant de puces TSMC

Le patron d’Intel Pat Gelsinger irrite le fabricant de puces TSMC

Le 1er décembre, Pat Gelsinger, CEO d’Intel, a parlé de la pénurie actuelle de puces lors de la conférence Fortune Brainstorm Tech 2021. Comme on le sait, son entreprise prévoit d’investir massivement dans de nouvelles usines de fabrication de semi-conducteurs (chip-fabs) aux Etats-Unis, en Israël et en Europe, pour lesquelles Gelsinger sollicite des subventions.

Lors de la conférence américaine mentionnée ci-dessus, Gelsinger a déclaré, selon les médias, que Taïwan n’était pas un endroit stable (Taiwan is not a stable place). En octobre, la Chine avait à nouveau fait voler des avions de combat en direction de Taïwan en guise de démonstration de force. En outre, Taïwan connaît souvent des tremblements de terre et le pays a dû faire face à une sécheresse durant l’été 2021.

En évaluant Taïwan, Gelsinger voulait avant tout promouvoir la production de puces aux Etats-Unis, mais il a irrité son partenaire commercial TSMC, le plus grand fabricant de puces au monde basé à Taïwan.

Avec sa déclaration, Gelsinger ne s’est peut-être pas rendu service. Car d’une part, Intel veut développer la fabrication à la demande avec sa stratégie « IDM 2.0 », ce qui accroît la concurrence avec TSMC. D’autre part, Intel fait depuis longtemps partie des plus gros clients de TSMC et dépendra encore plus de TSMC en tant que fournisseur pour les prochains processeurs haut de gamme comme le Ponte Vecchio ainsi que pour les puces graphiques Arc.

Les experts, notamment ceux de la Fondation Nouvelle Responsabilité (SNV), proche de l’industrie, estiment que le risque que la Chine affecte la production de puces à Taiwan est faible.

TSMC, de son côté, estime que les subventions élevées accordées aux fabs de puces locales aux États-Unis et dans l’UE sont une erreur. TSMC argumente qu’il y a un risque élevé que ces fabs finissent par produire trop cher et ne soient pas rentables à long terme. Toutefois, TSMC construit actuellement elle-même une usine de fabrication aux Etats-Unis (à Phoenix/Arizona) et envisage également des investissements dans d’autres pays.

Il n’est pas non plus un secret que TSMC est elle-même soutenue par le gouvernement taïwanais ; le Fonds national de développement (National Development Fund, NDF) est l’un des principaux actionnaires de TSMC et détenait 6,38 pour cent des actions en 2020.

Plus d'articles