Accueil crypto monnaie Les modèles commerciaux du futur basés sur les paiements programmables

Les modèles commerciaux du futur basés sur les paiements programmables

Avec les solutions de paiement programmables, divers cas d’utilisation des paiements IoT sont envisageables. Deux cas d’utilisation concrets illustrent ce à quoi pourraient ressembler les transactions de paiement du futur dans l’Internet des objets.

Dans la première partie de notre série de quatre articles sur le trafic des paiements du futur, nous avons présenté les bases de l’Internet des objets et leurs implications pour le trafic des paiements du futur. La deuxième partie explique comment les paiements sont effectués aujourd’hui. En outre, les problèmes associés et les inefficacités du système de paiement actuel ont été discutés. Dans la troisième partie, des solutions et des modèles possibles d’un système de paiement moderne ont été exposés, qui peuvent refléter les avantages de la numérisation et de l’automatisation. Dans le quatrième et dernier article qui suit, deux cas d’utilisation sont exposés pour démontrer les avantages d’une monnaie bancaire commerciale tokenisée dans la pratique.

Cas d’utilisation 1 : processus de paiement automatisé dans la logistique des marchandises

Dans la logistique des marchandises, les flux de trésorerie ne sont souvent ni synchronisés ni automatisés dans le temps par rapport aux flux de marchandises. Le traitement des transactions prend généralement plusieurs jours. En outre, la logistique des marchandises est aujourd’hui encore très documentée : les parties s’échangent des bons de livraison, des documents de fret, des documents douaniers et des factures.

Dans le domaine de l’IdO, des capteurs, des robots et des machines intelligents et interconnectés peuvent réaliser certains processus de manière autonome et sans intervention humaine. Les machines peuvent être équipées de porte-monnaie qui sont rechargés avec un certain montant d’euros numériques. Les machines peuvent déclencher automatiquement des paiements en utilisant des contrats intelligents mis en œuvre via DLT. Toutes les parties peuvent définir ces conditions à l’avance dans un protocole DLT. Avec des machines à paiement automatique, le cas d’utilisation suivant d’une livraison de marchandises pourrait être réalisé :

1. commande de la marchandise

L’acheteur a commandé des marchandises auprès du fournisseur. Une machine intelligente du fournisseur déclenche l’envoi des marchandises. Cette machine attache un jeton, tel qu’un code QR, aux marchandises. Ce jeton peut contenir diverses données, mais aussi des informations sur le paiement. Le jeton est enregistré par la machine sur une plateforme DLT, par exemple. Cela permet d’informer toutes les personnes impliquées dans la logistique des marchandises de l’état actuel de la commande.

2. l’itinéraire d’expédition des marchandises

Les marchandises passent par plusieurs stations intermédiaires sur l’itinéraire de transport. Aux stations intermédiaires respectives et chez le destinataire, des machines intelligentes contrôlent les marchandises au moyen du jeton joint. Dans le cas d’un envoi en provenance de l’étranger, la première étape peut être la douane ou l’autorité portuaire. À la douane, une machine contrôle les marchandises et détermine automatiquement les droits de douane dus en fonction du poids, du volume et de l’origine. La machine de l’autorité douanière envoie les données déterminées à la machine d’un fournisseur pour déterminer les droits de douane. La machine du fournisseur se charge ensuite du paiement automatique des droits de douane après réception de l’information.

3. la livraison des marchandises

Dès que les marchandises sont arrivées chez le destinataire, elles sont enregistrées par une machine via le jeton. Un scanner vérifie l’exhaustivité et les défauts des marchandises. Si des anomalies ou des défauts sont constatés, le fournisseur en est informé, si nécessaire accompagné d’une photo ou d’un scan du dommage. Automatiquement, certaines remises pourraient être incluses ou une nouvelle expédition des marchandises pourrait être déclenchée. Si, en revanche, tous les contrôles sont positifs, la machine du destinataire déclenche le paiement via son porte-monnaie. Les machines reçoivent les confirmations de transaction via leurs portefeuilles. L’acheteur et le fournisseur pourraient également recevoir ces confirmations, par exemple via une appli sous la forme d’enregistrements de données structurés pour la comptabilité ou sous la forme d’une facture à télécharger.

Pour la réalisation de ce cas d’utilisation, toutes les solutions décrites au chapitre 3 sont applicables. À court terme, une solution de déclenchement avec la combinaison du système de transaction de paiement SEPA et du système DLT serait réalisable. Toutefois, la solution de déclenchement n’est qu’une solution de transition technique, car le trafic de paiement conventionnel est complété par des applications basées sur la technologie DLT. Les limitations actuelles du trafic des paiements SEPA, telles que la libération par un humain dans le cadre de l’authentification à deux facteurs, restent en place. Cela ne permet pas encore une automatisation complète des processus, mais cela sera nécessaire à l’avenir. À moyen et long terme, l’euro numérique basé sur le DLT est la solution privilégiée.

Cas d’utilisation 2 : Asset as a Service / Pay per Use

Un autre cas d’utilisation exemplaire est le concept d’actif en tant que service, avec l’exemple du financement des machines. Le paiement à l’utilisation est la modalité de facturation dans laquelle les coûts des machines sont calculés en fonction de leur utilisation effective. Les formes actuelles de financement pour l’achat de machines ne sont pas flexibles pour les PME d’aujourd’hui. Le leasing classique (d’exploitation) lie les entreprises à une machine pour une durée déterminée, indépendamment de son utilisation. Un achat par financement immobilise généralement le capital du client sur plusieurs années ou décennies.

Les modèles de type « Asset-as-a-service » constituent une alternative au « leasing opérationnel » actuel. Ici, le client paie principalement en fonction de l’utilisation d’une machine, mais pas en fonction de sa propriété. Les périodes de location sont également raccourcies et peuvent être limitées à la durée des projets souhaités. Cela élimine les engagements à long terme et donne à l’entreprise utilisatrice une plus grande flexibilité financière. Avec les modèles de type « asset-as-a-service », le fabricant supporte le risque en termes d’utilisation et de rentabilité d’une machine. Le fabricant doit maintenant faire confiance à son client final pour générer l’utilisation nécessaire de la machine.

Pour compenser ce risque, le fabricant peut désormais s’associer à des prestataires de services financiers pour explorer de nouvelles voies au lieu d’accorder des crédits et d’augmenter ainsi l’effet de levier, comme c’était le cas dans le passé. Une solution potentielle serait de vendre les machines au prestataire de services financiers, qui les louerait à son tour. Le fabricant se charge de l’entretien, car cela permet d’obtenir la valeur résiduelle la plus élevée possible en cas de vente ultérieure sur le marché secondaire. En raison de la politique actuelle de taux d’intérêt bas et de son potentiel, cette option est assez intéressante pour les gestionnaires d’actifs et les banques.

La combinaison des services financiers et de la technologie

Au lieu d’une somme forfaitaire, les différents types d’utilisation et d’exploitation des machines devraient être pris en compte pour le règlement. Par exemple, dans le cas des machines agricoles, on peut faire une distinction entre l’utilisation de véhicules légers et de véhicules lourds – en fonction du domaine d’application et de l’utilisation. On pourrait mentionner ici les différences évidentes entre l’exploitation forestière intensive et les trajets de transport plus légers. De tels scénarios d’utilisation génèrent non seulement un bénéfice plus élevé, mais permettent également de calculer la valeur résiduelle sur la base des profils d’usure qui en résultent. Les étapes nécessaires et les interfaces techniques sont présentées dans la figure 5. Dans un premier temps, les véhicules ou les machines doivent fournir les données télémétriques correspondantes, qu’ils transfèrent ensuite à un nuage. Ensuite, sur la base de ces données machine, un calcul de l’utilisation est effectué. Cela permet également de tirer des conclusions sur le cycle de vie du produit. Enfin, la troisième étape concerne le règlement effectif de la facture par le biais d’un paiement.

Ce niveau de complexité étendu rend nécessaire le recours à des paiements programmables. Pour les nouveaux modèles commerciaux, il faut non seulement des flux de paiement programmables, mais aussi l’infrastructure technique nécessaire à leur pleine utilisation par l’industrie. Ces paiements ne peuvent être déclenchés que si une logique de facturation correspondante est prédéfinie.

Le succès des modèles de type « asset-as-a-service » dépend donc dans une large mesure de la coopération entre les prestataires de services financiers et l’industrie. Pour les modèles de type « asset-as-a-service », une intégration absolument transparente des mondes de l’industrie et des fournisseurs de services financiers est absolument nécessaire. Les systèmes de paiement actuels présentent certaines limites et exigences que seuls les processus manuels peuvent résoudre. Par exemple, l’authentification à deux facteurs empêche une machine de payer indépendamment. Le propriétaire ou l’utilisateur doit approuver une transaction. Bien que ce dispositif de sécurité soit justifié, de nouvelles approches sont nécessaires si l’on veut que les paiements automatiques puissent être mis en œuvre de manière évolutive. En outre, pour passer à l’échelle grâce aux mesures d’automatisation, il faut encore surmonter les ruptures de système qui existent dans les opérations de paiement actuelles.

Conclusion : Nouvelles exigences pour les opérations de paiement

Cette série d’articles a clairement montré que les transactions en temps réel et les paiements programmables en particulier sont nécessaires pour les futurs modèles économiques. Le système SEPA ne peut pas (encore) couvrir suffisamment les exigences des paiements IoT. Avec la solution de déclenchement et les monnaies stables, les paiements programmables peuvent déjà être cartographiés aujourd’hui. Les cas d’utilisation présentés pour les paiements IoT ont montré que la monnaie fiduciaire tokenisée ou les CBDC pourraient également être utilisées à l’avenir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici