AccueilActualités informatiqueL'interview du nouvel iX : ce qu'il faut pour des vidéoconférences parfaites

L’interview du nouvel iX : ce qu’il faut pour des vidéoconférences parfaites

Dans la nouvelle iX 2/2022, la salle de conférence reçoit une mise à niveau dont elle avait grand besoin : au lieu du projecteur classique et de l’ordinateur portable apporté, les réunions hybrides nécessitent en effet un tout autre équipement. Les vidéobars conviennent aux participants sur place, tandis que le bon logiciel permet d’intégrer correctement les utilisateurs du bureau à domicile. Le site iX-Les auteurs Martin Gerhard Loschwitz et Dieter Michel ont examiné de près les points auxquels les entreprises doivent faire attention.

Entretien avec les auteurs de la couverture de l’iX de février

Martin Gerhard Loschwitz (à gauche) est journaliste indépendant et traite régulièrement de sujets tels qu’OpenStack, Kubernetes et Ceph. Dieter Michel (à droite) travaille comme journaliste indépendant en informatique et est rédacteur en chef des revues spécialisées Prosound et Medientechnik und Systemintegration.

Martin, dans le numéro de févrieriX tu as passé au crible 13 fournisseurs de conférences. Cela semble être un marché très concurrentiel. Quels sont les fournisseurs qui se distinguent de la masse ?

Le marché est certes très concurrentiel, mais la vérité est que peu de fournisseurs proposent une véritable innovation. Il y a beaucoup de « more of the same » : des vidéoconférences qui, avec des astuces plus ou moins utiles, doivent d’une manière ou d’une autre être rendues compatibles avec les réunions hybrides. La véritable innovation se trouve surtout chez les grands fournisseurs : Google, Microsoft, Cisco – ils utilisent en partie l’IA pour rendre les réunions hybrides plus agréables.

Les appels vidéo classiques ne posent plus d’obstacles majeurs à aucun logiciel. Quels nouveaux défis se posent donc dans les situations hybrides, où plusieurs participants sont assis de part et d’autre ?

Un très grand défi dans la pratique est de faire en sorte que la personne en réunion qui est en train d’apporter sa contribution soit représentée de manière judicieuse auprès de toutes les autres personnes. La situation de conférence des personnes sur site change également : ici, on est plutôt assis en demi-cercle autour d’un grand écran qui affiche les autres participants. Mais cela signifie inévitablement qu’à chaque fois que l’un des membres du groupe sur site prend la parole, les participants ne le voient qu’à voix basse et sans effet visuel marquant. L’optimisation automatique des microphones peut aider, tout comme les caméras à focale variable – si le logiciel le permet.

Pour ceux qui ne craignent pas les efforts, Jitsi et BigBlueButton sont des solutions sûres et avantageuses. Quelle est la différence entre ces deux paquets open source ?

BigBlueButton s’adresse plutôt à des scénarios d’enseignement : écoles, universités et autres. Jitsi se veut une visiophonie générale polyvalente, dont les administrateurs doivent eux-mêmes créer et améliorer les capacités hybrides. En revanche, il manque des fonctionnalités scolaires classiques comme la vue de la salle de classe ou les outils de réunion, qui sont également utiles dans une situation d’enseignement.

Merci beaucoup, Martin. Dieter, tu as regardé les vidéobars tout-en-un qui, avec Corona, sont devenus le quasi-standard des salles de conférence. Quand ce type d’appareil est-il approprié et quelles sont ses limites ?

Les vidéobars tout-en-un sont pour ainsi dire le prêt-à-porter de la technologie de vidéoconférence. Ils sont typiquement conçus pour des plages spécifiques de taille de salle et de nombre de participants. Si la salle et le nombre d’utilisateurs correspondent bien à ces scénarios conceptuels, ils peuvent bien fonctionner et sont rapidement prêts à l’emploi. Avec des microphones array, un cadrage automatique et un réglage automatique de la caméra sur la personne qui parle, les systèmes modernes tentent de s’adapter à la situation. Si la salle ne correspond pas bien aux scénarios prévus, l’effort à fournir pour obtenir une bonne vidéoconférence sera plus important – par exemple si l’acoustique de la salle n’est pas adaptée.

Contrairement aux petites appliances, les vidéobars ne sont pas liés à un fournisseur de logiciels. Sont-ils néanmoins rapides et faciles à déployer ?

Elles sont en fait aussi rapides et faciles à utiliser que la plate-forme de visioconférence que l’on a choisie. En fin de compte, les barres vidéo ne font que remplacer le matériel vidéo et audio intégré, par exemple sur un ordinateur portable, qu’il faut bien sûr configurer pour la plate-forme de visioconférence choisie.

Outre la caméra complètement éteinte, la mauvaise intelligibilité fait partie des plus grands désagréments des appels vidéo. Comment les utilisateurs peuvent-ils obtenir rapidement une meilleure qualité sonore ?

Typiquement, une mauvaise intelligibilité de la parole lors de vidéoconférences provient d’une acoustique de salle inadaptée et/ou d’artefacts de la transmission audio via le réseau. Ce dernier provient souvent d’une capacité de transmission insuffisante que le logiciel de vidéoconférence tente de compenser par une compression trop importante. Une acoustique de salle inadaptée détériore l’intelligibilité de la parole en raison de réflexions indésirables et trop importantes sur les surfaces délimitant la salle. Un remède rapide consiste à déménager dans un environnement acoustiquement plus atténué, dans le cas d’un bureau à domicile, ce serait de la cuisine à la chambre à coucher.

Dieter, merci à toi aussi. La comparaison des 13 fournisseurs de vidéoconférence et l’article sur les bars vidéo sont disponibles dès maintenant sur Magazine et le seront bientôt sur heise+. Un aperçu de tous les thèmes du nouveau numéro se trouve dans la table des matières de l’iX 2/2022. Le numéro complet de février peut être acheté dans la boutique heise en format PDF ou en version imprimée.

L’interview a été réalisée à l’origine pour le iX-a été créée. Elle est publiée chaque mois à la date de parution de chaque nouveau numéro et propose des informations de fond passionnantes sur les principaux thèmes du magazine. L’inscription est gratuite.

Plus d'articles