AccueilSécuritéLogiciels espions : vente chez NSO Group - la fin de Pegasus...

Logiciels espions : vente chez NSO Group – la fin de Pegasus ?

Selon les médias, l’éditeur de logiciels israélien réfléchit à une vente et discute apparemment avec des investisseurs potentiels. Une réorganisation de l’entreprise et l’abandon du logiciel espion controversé Pegasus seraient également à l’ordre du jour, rapporte Bloomberg News en se référant à des cercles de négociation. La situation financière tendue de l’entreprise pourrait également être à l’origine de cette décision.

Selon le rapport, le groupe NSO négocie un refinancement avec des fonds d’investissement, mais une vente et une restructuration sont également à l’ordre du jour. Dans ce cadre, le développement de Pegasus pourrait être arrêté et NSO pourrait se concentrer sur les systèmes de cyberdéfense et la technologie des drones. L’entreprise et les établissements financiers concernés n’ont pas souhaité commenter ces informations.

Sommaire

Le groupe NSO fournit des logiciels de surveillance aux gouvernements et aux agences gouvernementales. Des applications comme Pegasus exploitent les failles de sécurité des logiciels pour infecter les appareils des personnes ciblées avec des chevaux de Troie. Pegasus a fait la une des journaux du monde entier cet été après qu’il a été révélé que des chefs d’État et de gouvernement ainsi qu’au moins 180 journalistes, défenseurs des droits de l’homme, syndicalistes et diplomates avaient été espionnés avec Pegasus.

L’entreprise est accusée de vendre le logiciel à des gouvernements autoritaires qui s’en servent pour espionner les opposants et les journalistes. Le groupe NSO rejette régulièrement ces accusations. Selon les médias, le gouvernement fédéral allemand fait également partie des clients de NSO Group. Le BKA (Office fédéral de la police criminelle) aurait également acheté Pegasus.

L’agitation mondiale autour de Pegasus n’est pas restée sans conséquence. Le gouvernement américain a imposé des sanctions au groupe NSO. Israël a drastiquement réduit la liste des pays vers lesquels la cybertechnologie peut être exportée. Aux États-Unis, Facebook et Apple ont porté plainte contre le groupe NSO.

Cela devrait avoir des répercussions sur les affaires du groupe NSO : Pegasus est la plus grande division de l’entreprise et représente, selon Bloomberg, environ la moitié du chiffre d’affaires, qui devrait s’élever à quelque 230 millions de dollars cette année. Selon les rapports, le groupe NSO court le risque de ne plus pouvoir honorer ses dettes.

Les cofondateurs Shalev Hulio et Omri Lavie avaient racheté les parts majoritaires de la société à l’investisseur Francisco Partners en 2019. Le groupe NSO avait alors été évalué à environ un milliard de dollars américains. Pour le financement, les fondateurs avaient contracté une dette de plusieurs centaines de millions de dollars américains.

Plus d'articles