AccueilActualités informatiqueMédecins de caisse : l'ordonnance électronique et l'eAU devraient être encore repoussées

Médecins de caisse : l’ordonnance électronique et l’eAU devraient être encore repoussées

L’Association fédérale des médecins conventionnés (KBV) tire le frein d’urgence concernant l’ordonnance électronique et le certificat électronique d’incapacité de travail. Ces deux nouveautés devaient en fait être introduites le 3 janvier 2022, date de réouverture des cabinets médicaux de la caisse. Mais en contradiction directe avec une instruction du ministère fédéral de la Santé (BMG), la KBV recommande désormais que les anciennes ordonnances modèle 16 puissent être imprimées si les pharmacies situées à proximité d’un cabinet médical ne peuvent pas les traiter et les facturer électroniquement.

Lire aussi

La recommandation est justifiée par le fait que les processus d’arrière-plan ne fonctionnent pas encore sans erreurs et ne sont pas encore disponibles sur l’ensemble du territoire. Parallèlement, la KBV a publié un appel urgent à tous les cabinets médicaux pour qu’ils installent immédiatement des mises à jour de sécurité qui éliminent « l’erreur dans l’élément logiciel Log4j ».

Comme l’annonce Apotheke ad hoc, la KBV retire la « prise » de l’e-Rezept et de l’eAU afin d’atténuer la pression sur les cabinets médicaux déjà extrêmement sollicités. Les deux étapes numériques du processus ne doivent être utilisées que là où elles peuvent être traitées numériquement, c’est-à-dire où les pharmacies peuvent aller chercher elles-mêmes l’ordonnance électronique sur le serveur d’ordonnances.

Auparavant, le BMG avait émis une mise en garde explicite : Ce n’est que si les conditions techniques ne sont pas encore réunies dans un cabinet médical que les médecins des caisses pourront continuer à imprimer les ordonnances classiques sur papier et les certificats d’incapacité de travail. Gottfried Ludewig, le directeur sortant du département de la numérisation et de l’innovation, avait annoncé des « mesures de surveillance » contre les médecins de caisse.

Parallèlement à la procédure concernant l’e-Rezept et l’eAU, la KBV a exhorté ses médecins à appliquer immédiatement les mises à jour de sécurité des composants de sécurité TI et des systèmes de gestion de cabinet médical (PVS) afin de combler la faille Log4j. La mise à jour nécessaire ne concerne pas seulement les installations PVS. « Les programmes de la KBV qui sont intégrés dans PVS sont également concernés par la faille de sécurité. Il s’agit avant tout des modules de contrôle importants pour la facturation. Ils fonctionnent dans les cabinets médicaux dans un environnement sécurisé qui n’est pas directement accessible depuis Internet », écrit la KBV.

Plus d'articles