Nushell 0.60 : Ligne de commande structurante pour Linux, Windows et macOS

Une grande mise à jour pour Nushell est disponible avec la nouvelle version 0.60. Le projet, également appelé Nu, doit combiner les meilleures fonctions des shells classiques comme Bash, des shells basés sur des objets comme PowerShell ainsi que des concepts issus du développement logiciel. Au lieu de présenter à l’utilisateur un flux de texte pur, le Nushell veut préparer les données consultées de manière structurée.

La modification la plus importante de la nouvelle version est l’autocomplétion configurable individuellement. Les utilisateurs peuvent dès à présent écrire des scripts dans lesquels ils définissent quels paramètres – options et arguments – appartiennent à quelle commande. Des commandes externes peuvent également être définies, y compris la correction des fautes de frappe et la mise en évidence de la syntaxe.

En outre, il existe un nouveau fichier de configuration pour Nushell : un fichier de configuration créé par un script Nushell remplace l’ancienne version .toml. Au premier démarrage, le logiciel demande à l’utilisateur de créer une nouvelle config. Ici, il est possible d’adapter directement les valeurs par défaut, des exemples adaptés à ces dernières aident à cet égard.

Une fonction remarquable de Nushell est la sortie des données dans des tableaux – pour un ls l’utilisateur voit par exemple tous les fichiers du répertoire présentés de manière claire. Avec la version 0.60, les tableaux peuvent désormais être munis d’un pied de page qui héberge les noms des colonnes pour les différentes informations de la commande.

Les utilisateurs reçoivent également de nouvelles commandes : Un !! appelle à nouveau la dernière commande, un ! y compris le numéro de ligne de l’historique, n’importe lequel des history. Pour ls il existe maintenant une édition plus compacte par grid. De plus, l’éditeur de ligne Reedline est désormais utilisé, ce qui permet entre autres de rechercher des autocomplétions et des commandes de l’historique dans les menus.

De nombreuses modifications ont également été apportées au langage Nu lui-même. De plus, le Nushell reçoit un nouveau moteur appelé engine-q – les détails techniques se trouvent sur la page du projet. Le manuel complet est également déjà adapté à la nouvelle version 0.60. Le logiciel est un projet open source sous licence MIT et est disponible pour les distributions Windows, macOS et Linux.