Accueil crypto monnaie Opportunités et risques des crypto-actifs pour les banques

Opportunités et risques des crypto-actifs pour les banques

À l’heure de la transformation numérique, l’intérêt pour les nouvelles classes d’actifs augmente également. Ainsi, la demande de crypto-actifs augmente actuellement de manière fulgurante. Pour les prestataires de services financiers, cela signifie de nouvelles opportunités, mais aussi de nouveaux risques.

L’importance des crypto-actifs pour le secteur financier ne cesse de croître, car après l’engouement des investisseurs privés, l’intérêt des investisseurs institutionnels et des investisseurs pour cette nouvelle classe d’actifs ne cesse de croître. Mais l’arrivée des crypto-actifs dans le secteur financier s’accompagne aussi de nombreux risques dont les prestataires de services financiers doivent tenir compte.

La fabrication, ou « minage », de crypto-actifs consiste à créer des actifs cryptographiques ou numériques basés sur la technologie de la chaîne de blocs, qui sont infalsifiables et ne peuvent pas être reproduits par des copies décentralisées. Les caractéristiques et l’utilisation des crypto-actifs sont toutefois multiples et en constante évolution. En principe, les crypto-actifs peuvent être répartis en quatre groupes.

Les crypto-actifs en mutation : focus sur quatre groupes

Tout d’abord, il existe Crypto-monnaiesqui se concentrent sur une fonction de paiement. Contrairement aux moyens de paiement légaux, les cryptomonnaies telles que le bitcoin, le ripple, le litecoin et le tether ne sont pas émises par un État ou une communauté d’États. Le prix résulte uniquement de l’offre et de la demande et est encore très volatil dans la plupart des cas. Aucune institution publique ne garantit la valeur de cette monnaie.

Sur Jetons adossés à des actifs la technologie cryptographique est en revanche utilisée pour attester numériquement des droits de propriété sur d’autres actifs tels que des titres ou des métaux précieux.

Jeton de sécurité sont des contrats d’investissement qui représentent la propriété légale d’un actif numérique ou physique et qui ont été vérifiés au sein de la blockchain. La valeur du token dépend de l’état actuel de l’évaluation de l’entreprise qui émet le token. Les jetons de sécurité ont un faible potentiel de fraude, car il existe des dispositions réglementaires : Les investisseurs et les entreprises doivent par exemple remplir les conditions du « test Howey ». Ce test est utilisé pour déterminer si une transaction peut être qualifiée de contrat d’investissement. Pour cela, quatre critères différents doivent être remplis, notamment si des bénéfices sont attendus de l’investissement. Si l’actif remplit les quatre critères, il peut être considéré comme un contrat d’investissement.

En dernier lieu, il existe encore les Jetons utilitairesLes tokens sont des jetons qui servent à un but précis, par exemple à obtenir un traitement préférentiel dans un écosystème pour bénéficier de services. Contrairement aux jetons de sécurité, la valeur du jeton d’utilité n’est pas liée à la valorisation d’une entreprise. Pour ce type d’actif, le potentiel de fraude est assez élevé, car les dispositions réglementaires sont jusqu’à présent insuffisantes et il n’existe pas de réglementation uniforme.

Les clés privées comme risque informatique

Les crypto-actifs sont encore largement non réglementés. C’est précisément à ce stade précoce que cette classe d’actifs en croissance rapide offre de nombreuses opportunités, en particulier pour les banques, de développer de nouveaux services et produits et de générer ainsi des revenus élevés. L’éventail des services potentiels s’étend des opérations et places de négoce propres aux fournisseurs de coffres-forts ou aux dépositaires de crypto-valeurs.

Dans le contexte de la croissance rapide de ce segment, les risques qui en découlent doivent être évalués régulièrement. L’un des principaux risques des crypto-actifs ne réside pas dans les transactions, mais dans les clés nécessaires à leur réalisation. Une clé privée détermine la possession d’une crypto-valeur. Si cette clé est volée, rendue accessible à un tiers, modifiée ou perdue, l’accès au crypto-actif ne peut plus être contrôlé.

C’est pourquoi la sécurisation de la création, de la conservation et de l’utilisation des clés privées joue un rôle essentiel dans l’utilisation sécurisée des crypto-actifs. Différents aspects doivent être pris en compte lors de la sécurisation des clés. Ils vont de la gestion des autorisations au stockage et à la sauvegarde des informations relatives aux clés, en passant par les modifications et l’exploitation des systèmes ou infrastructures informatiques utilisés.

Une clé privée devrait toujours être conservée séparément de la sauvegarde des informations relatives à la clé. Personne d’autre que le propriétaire du crypto-actif ne devrait y avoir accès. En outre, la disponibilité, la confidentialité et l’intégrité des clés devraient être garanties de manière globale. Si une clé erronée est utilisée pour chiffrer un message, la transaction ne peut pas être authentifiée.

En ce qui concerne la protection des données, il faut également tenir compte des particularités liées à l’utilisation des crypto-actifs. En retraçant l’adresse IP à partir de laquelle une transaction a été effectuée, les transactions peuvent être associées à des données à caractère personnel. Les données de transaction sont certes anonymes, mais elles sont visibles pour tous les participants.

Les autorités de surveillance financière définissent un cadre

Les autorités de surveillance financière ont également reconnu l’importance croissante des crypto-actifs et travaillent à l’élaboration d’un cadre prudentiel uniforme. Il existe déjà des recommandations au niveau européen et national sur les risques pouvant résulter d’activités commerciales avec des crypto-valeurs et sur la manière de les gérer.

Les exigences minimales en matière de gestion des risques (MaRisk) de l’Office fédéral de surveillance des services financiers (BaFin) soulignent par exemple l’importance de la transparence pour pouvoir gérer et surveiller les risques de manière appropriée. C’est pourquoi les MaRisk prévoient entre autres la réalisation d’un processus structuré de nouveaux produits (NPP) lors du lancement d’activités commerciales dans le contexte des crypto-actifs.

Selon cette exigence, les établissements financiers doivent d’abord examiner de manière suffisamment détaillée s’ils peuvent gérer et surveiller de manière adéquate les risques résultant de nouveaux produits et activités commerciales avec les instruments existants. Avant que de nouvelles activités commerciales ne puissent être lancées à grande échelle, la BaFin exige que des développements soient réalisés du côté des technologies de l’information ou des processus.

Dans le cadre du 6e amendement de la MaRisk, il est en outre souligné que l’acquisition de crypto-actifs constitue une opération commerciale. L’autorité de surveillance formule donc des exigences détaillées sur la manière dont de telles transactions commerciales doivent être traitées et sur les mesures applicables à un contrôle des risques.

Le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire (CBCB) considère en outre que les crypto-actifs présentent des risques potentiels pour les banques et la stabilité financière. Dans un document de consultation récent, le Comité aborde un large éventail de risques auxquels sont soumis les crypto-actifs – tels que le risque de liquidité, le risque de marché, le risque opérationnel, le risque de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme et le risque de réputation.

Prémisses d’une gestion orientée vers l’avenir

De nombreuses questions relatives à l’évaluation et à la gestion des crypto-actifs sont encore en suspens. Avant que les prestataires de services financiers, et en particulier les banques, ne se lancent dans des activités commerciales à grande échelle liées aux crypto-actifs, tous les risques techniques, opérationnels et prudentiels qui en résultent devraient être pris en compte de manière adéquate et complète.

Un cadre prudentiel uniforme constitue les conditions nécessaires à une approche réglementée de cette classe d’actifs, mais il ne devrait pas être trop restrictif, en particulier dans la phase initiale actuelle, afin de permettre aux établissements financiers d’acquérir leur propre expérience des crypto-actifs.


Pour en savoir plus sur le concept de partenariat du Bank Blog, cliquez ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici