AccueilActualités informatiqueOS/2 reçoit la dernière version du navigateur web Otter

OS/2 reçoit la dernière version du navigateur web Otter

Depuis cinq ans, Bitwise Works GmbH et l’organisation OS/2 VOICE travaillent à fournir à OS/2 et à ses évolutions eComStation et ArcaOS un navigateur web à jour. Roderick Klein, président d’OS/2 VOICE, a annoncé que la communauté OS/2 pourra bientôt compter sur une version bêta publique du navigateur basé sur le moteur Chromium (Google Chrome, Microsoft Edge, Vivaldi, etc.). L’interface avec le bureau est assurée par le moteur QtWebEngine.

Sommaire

Le navigateur Otter est un navigateur web open source et libre, multi-plateforme, inspiré du navigateur Opera 12.x et utilisant le framework Qt. Il est sous licence GPL 3.0 et est disponible pour Windows, Max OS X, GNU/Linux, FreeBSD et OpenBSD, Haiku et RISC OS.

Jusqu’à présent, on peut tout au plus utiliser des navigateurs comme Firefox jusqu’à la version 49ESR ou Seamonkey comme alternatives sous OS/2. Ce n’est pas amusant, et surtout, de nombreux sites web ne fonctionnent plus du tout avec ces navigateurs grâce à toutes sortes de fonctions modernes. Dans la pratique, de nombreux passionnés d’OS/2 surfent par nécessité sur Internet avec Windows, Mac OS X, GNU/Linux ou l’un des BSD.

Il est de coutume de dire que ceux qui sont morts vivent plus longtemps. Cela s’applique apparemment aussi à OS/2, publié à la fin des années 80 par IBM et Microsoft. De la version 16 bits d’OS/2 publiée en 1987 (1.0 sans interface graphique) à la version 32 bits OS/2 2.0, la dernière incarnation IBM OS/2 Warp 4 « Merlin » de 1996 a tout de même fait l’objet d’une mise à jour officielle en janvier 2002 (Convenience Package 2). Ensuite, le développement a été lent jusqu’à l’eComStation 2.1 (2011) sous licence de XEU.com BV (anciennement Serenity Systems et Mensys BV, aujourd’hui PayGlobal).

Depuis 2017, on peut obtenir le dernier OS/2, surtout avec quelques pilotes modernes, sous la forme d’ArcaOS 5 « Blue Lion » chez ArcaNoae. L’OS/2 d’IBM, l’eComStation et aussi ArcaOS sont des produits commerciaux et ne sont pas disponibles gratuitement, l’actuel ArcaOS 5.0.7 coûte 129 dollars US en tant que « personal edition ». OS/2 et donc aussi l’eComStation ou ArcaOS ne sont plus guère utilisés en raison du peu de pilotes et de logiciels disponibles. Les passionnés d’OS/2, mais aussi certaines banques, assurances et compagnies aériennes utilisent encore des installations existantes.

Cinq ans de développement semblent être une durée excessive à l’heure où les applications web sont bricolées quasiment en un week-end grâce à des frameworks (aussi grands que possible). Un coup d’œil sur les circonstances dans lesquelles le navigateur OS/2 Otter Browser a été développé montre qu’il n’en est rien.

La société autrichienne Bitwise Works GmbH est d’abord connue pour ses solutions de pare-feu multiplateformes, mais aussi pour ses développements et surtout ses portages de logiciels sur la plateforme OS/2. Bitwise Works a par exemple porté les bibliothèques ODIN (pour les logiciels Windows sous OS/2), les anciennes versions de Firefox, les bibliothèques QT, Java et le GCC sur OS/2.

L’équipe de développeurs se compose de trois personnes : Silvan Scherrer, qui dirige deux entreprises et fait le développement OS/2 « à côté », Herwig Bauernfeind, qui ne peut actuellement rien apporter pour des raisons personnelles, et Dmitry Kuminov, qui fait donc la part du lion. Des développeurs de la communauté OS/2 apportent également leur aide de manière sporadique.

Roderick Klein est la force motrice de l’OS/2 VOICE, une organisation indépendante à but non lucratif qui publie des nouvelles et des informations sur OS/2, eComStation et ArcaOS et qui se considère comme un lien entre les entreprises, les développeurs et les utilisateurs. L’ensemble du travail est financé par Bitwise Works GmbH et ArcaOS principalement par des dons, qui n’ont toutefois pas pu couvrir les frais à l’automne dernier. Ceux qui souhaitent apporter leur aide peuvent le faire via OS/2 VOICE ou Patreon.

La base de code à porter est énorme : Dmitriy Kuminov parle de plus de 75.000 fichiers et 35 millions de lignes de code pour Chromium et à peu près le même ordre de grandeur pour Qt5. A cela s’ajoute le fait que l’infrastructure a dû être créée, c’est-à-dire le GCC 9.2 (aide de Paul Smedley), les bibliothèques comme LIBCn/ffmpeg/icu/libxml/…, wide-character-support, le linkker Watcom (aide de Steve Levine) et bien d’autres petites choses encore. Dans la vidéo de près de six heures de la Warpstock Europe Conference 2020, Roderick Klein (à partir de 4h25m) explique un début de solution aux problèmes.

Les passionnés d’OS/2 qui ne peuvent pas attendre la bêta annoncée peuvent s’essayer eux-mêmes au code en jetant un coup d’œil aux archives qt5webtest5* sur https://rpm.netlabs.org/test/.

Plus d'articles