AccueilActualités informatiquePanasonic confirme une violation de données après un piratage du réseau

Panasonic confirme une violation de données après un piratage du réseau

Dans un communiqué de presse publié vendredi, Panasonic a indiqué que le 11 novembre, des tiers ont accédé illégalement à un réseau interne. « Suite à une enquête interne, il a été établi que certaines données sur un serveur de fichiers ont été accédées pendant l’intrusion ». Au portail d’information en ligne TechCrunch, la porte-parole de Panasonic Dannea DeLisser a toutefois confirmé que le piratage avait commencé le 22 juin et s’était terminé le 3 novembre – et que l’accès non autorisé n’avait été découvert que le 11 novembre.

Le groupe technologique basé à Osaka, au Japon, n’a donné que peu d’autres informations sur le piratage. Dans son communiqué de presse (PDF), Panasonic a déclaré avoir signalé l’incident aux autorités compétentes et avoir pris des mesures pour empêcher l’accès à son réseau depuis des serveurs externes. Au-delà de sa propre enquête, Panasonic travaille avec une « organisation tierce spécialisée » afin d’enquêter sur la fuite de données et de déterminer « si des données personnelles de clients et/ou des données sensibles liées à l’infrastructure sociale » ont été touchées.

La nouvelle de la fuite de données intervient moins d’un an après que Panasonic India ait été victime d’une attaque de ransomware au cours de laquelle les pirates ont intercepté quatre gigaoctets de données, y compris des informations financières et des adresses électroniques. Cette nouvelle attaque contre le serveur de Panasonic s’inscrit dans une longue série d’incidents impliquant des entreprises japonaises au cours des dernières années. Kawasaki, NEC, Mitsubishi Electric et les entreprises de défense Kobe Steel et Pasco ont également signalé des incidents de sécurité et même, dans certains cas, des fuites de données. En septembre, le réseau informatique du fabricant japonais Olympus en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique a été touché par une attaque du groupe de ransomware BlackMatter. Début novembre, le gang « BlackMatter » a annoncé qu’il voulait arrêter – une fois de plus. On ne sait pas encore qui est responsable du piratage du réseau de Panasonic.

Plus d'articles