Piratage sans licence pour les Émirats : trois ex-employés de la NSA paient une amende

Trois anciens employés de la NSA ont admis devant un tribunal américain avoir travaillé comme pirates informatiques pour les Émirats arabes unis et avoir enfreint les lois américaines. En échange d’un arrêt des poursuites, ils plaident maintenant coupable et doivent également payer tous les produits obtenus à titre d’amende – un total de près de 1,7 million de dollars américains. Selon les documents judiciaires désormais rendus publics, les trois personnes ont fourni leur expertise aux Émirats arabes unis sans l’autorisation nécessaire du gouvernement américain pour le faire, et ont « capturé des données pour eux à partir d’ordinateurs, d’appareils électroniques et de serveurs dans le monde entier, y compris certains aux États-Unis ».

Comme le résume désormais le ministère américain de la Justice, les trois personnes ont piraté pour une entreprise émiratie entre 2016 et 2019. La société en question, selon le New York Times, est DarkMatter, qui s’était déjà fait connaître par le biais des médias. Ils ont notamment contribué à la mise au point d’outils d’attaque fonctionnant sans l’aide des victimes (« zero click »). Entre autres, des téléphones portables ont été attaqués avec ces outils – également aux États-Unis. Les trois hommes avaient été informés qu’ils avaient besoin d’une licence du gouvernement américain pour ces activités, mais ils n’avaient pas cessé de travailler pour la société.

Le fait que d’anciens agents du renseignement américain au service des Émirats arabes unis aient piraté de nombreux iPhones de diplomates, de politiciens et de militants des droits de l’homme avait été rendu public par Reuters début 2019. Selon le rapport, ils ont d’abord travaillé pour une société appelée CyberPoint, qui avait l’autorisation du gouvernement américain. Cependant, les Émirats n’étaient pas satisfaits de cette situation et ont fondé leur propre société, qui était autorisée à pirater beaucoup plus sans licence. Les ex-agents des services secrets américains avaient été attirés là-bas. Les trois personnes citées ont gagné 600 000, 335 000 et 750 000 dollars américains en deux, trois et quatre ans respectivement.

Lire aussi

Il a déclaré que le règlement avec les trois défendeurs était le premier impliquant des services de piratage non autorisés qui relèvent des contrôles à l’exportation et la création de sociétés dans ce contexte. Selon le New York Times, les règles régissant ces mercenaires numériques sont jusqu’à présent peu précises. La procédure engagée contre les trois ex-employés de la NSA pourrait maintenant être le signal de départ de mesures similaires avec lesquelles le gouvernement américain est susceptible de tenter à l’avenir d’empêcher les ex-espions de proposer leurs services à d’autres États en échange d’argent. La CIA a déjà mis en garde contre une « tendance néfaste » à cet égard : quiconque se livre à une telle activité pourrait saper la mission du service de renseignement au profit d’États ennemis.


(mho)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici