AccueilActualités informatiqueRaspi avec RISC-V dans un avenir lointain

Raspi avec RISC-V dans un avenir lointain

Le Raspi a 10 ans depuis quelques jours, et depuis la première version, il utilise un processeur ARM. Une des raisons est certainement la proximité géographique : La Raspi Foundation est basée à Cambridge, quasiment à côté du siège d’ARM. Pourtant, plus d’un développeur préférerait un Raspi avec la technique ouverte RISC-V.

La Raspi-Foundation est certes membre de la RISC-V-Foundation depuis quelques années, mais les résultats de cette collaboration se font attendre. Dans notre article de félicitations à l’occasion de notre 10e anniversaire, nous spéculions déjà sur l’avenir de RISC-V : « Un Raspi entièrement ouvert avec la technique RISC-V est probablement encore loin dans des années, jusqu’à ce que le processeur bon marché nécessaire avec une puissance de calcul et graphique suffisante arrive sur le marché et que RISC-V-Linux ait encore mûri ».

Le maître d’œuvre du Raspi, Eben Upton, a maintenant confirmé notre estimation dans une interview avec le magazine en ligne britannique The Register. Selon lui, un Raspi 5 verra certainement le jour, mais le RISC-V n’est pas prévu pour cela. Se référant à l’état actuel de l’écosystème Raspi, il estime qu’il ne peut pas aujourd’hui faire licencier un noyau RISC-V aussi bon que le noyau ARM actuel.

Upton ne s’est pas prononcé sur la question de savoir si cela pourrait changer avec un prochain Raspi 6. Mais il y a bon espoir, a-t-il ajouté.

Jusqu’à présent, Upton avait probablement estimé qu’il y avait 20 % de chances de voir un Raspi RISC-V d’ici 2030. L’échec récent du rachat d’ARM par Nvidia conduit plutôt à une probabilité de 10 pour cent : « La possession du cœur de l’architecture standard de facto pour la faible consommation d’énergie par une organisation qui est aussi un acteur était potentiellement très déstabilisante. Et c’était toujours à l’avantage de l’architecture alternative évidente ».

Plus d'articles