Sony Xperia 5 III à l’essai : l’alternative compacte

Contenu

  1. Sony Xperia 5 III à l’essai : l’alternative compacte
  2. Qualité photo : Sony Xperia 5 III dans le benchmark de la qualité de l’appareil photo

Pro

  • l’un des smartphones haut de gamme les plus compacts
  • Excellente haptique avec le verre et le métal, très bonne sensation en main.
  • Étanchéité selon la norme IP68
  • Une triple caméra innovante incluant une application avec des fonctions professionnelles
  • processeur de puissance moderne
  • affichage exceptionnel
  • De nombreux extras musicaux tels que l’audio à 360 degrés
  • très longue durée de vie de la batterie

Contra

  • Des fonctions supplémentaires telles que la reconnaissance des visages ou le clonage d’applications sont absentes.
  • Seulement 128 GB de mémoire
  • pas de chargement sans fil

Conclusion

note du test de connexion : bon (421 sur 500 points)





84,2%

Comme les années précédentes, le nouveau fleuron de Sony est proposé en deux tailles : Le Xperia 1 III (ici notre critique), qui a été testé avec la mention « très bien » en juillet, est flanqué d’un modèle jumeau plus compact. Nous examinerons les différences entre les deux et verrons si le Xperia 5 III est le smartphone idéal pour ceux qui apprécient les fonctionnalités haut de gamme mais préfèrent également un design compact.

Le premier contact s’avère plus doux que prévu, car contrairement au 1 III, le cadre en aluminium laqué brillant n’est pas poli et lisse mais courbé vers l’extérieur, ce qui est plus ergonomique. Autre différence : le dos en verre (Gorilla Glass 6) n’est pas mat mais brillant, les traces de doigts sont donc plus visibles. Bien entendu, ces détails ne modifient pas l’impression générale d’élégance et de purisme. L’haptique et la finition sont également d’une qualité exceptionnelle, comme toujours chez Sony.

Une certification IP68 garantit la protection contre l’eau, le cadre solide est résistant à la torsion et offre une grande stabilité. Cela signifie que tous les points sont attribués à la qualité de fabrication, plus quelques points de bonus pour la maniabilité, car pratiquement aucun autre fabricant haut de gamme ne construit des appareils haut de gamme aussi compacts que Sony. Cela vaut également pour le faible poids de 168 grammes – on sent à peine le Xperia 5 III dans sa poche.

Une puissance multimédia

En ce qui concerne l’écran, Sony ne se contente pas de rompre les rangs avec le format étiré 21:9. De plus, avec ses 6,1 pouces, il n’offre pas autant de surface que le 1 III (6,5 pouces) et la concurrence haut de gamme assemblée – vous devez savoir avant d’acheter que ce panneau est sensiblement plus petit que la moyenne.

Une résolution supérieure à la Full HD n’est pas raisonnable dans ce cas, et c’est pourquoi Sony a opté pour une résolution de 2520 x 1080 pixels. La qualité de l’affichage est une fois de plus remarquable ; en termes de luminosité et de stabilité de l’angle de vision, les Japonais présentent l’un des meilleurs écrans de cette année. Bien sûr, l’OLED prend en charge un taux de rafraîchissement rapide de 120 hertz pour un défilement fluide, et bien sûr, il y a une fonction d’allumage permanent. Cependant, il ne peut être configuré d’autant de façons qu’Oppo ou Samsung.

Malheureusement, ce n’est pas un cas isolé, car des fonctions et des paramètres manquent également à d’autres endroits. Pourquoi n’existe-t-il pas de cloneur d’application pour deux comptes WhatsApp fonctionnant en parallèle ? Pourquoi le déverrouillage du visage est-il absent ? Sony justifie ce dernier point par un manque de sécurité : il est beaucoup plus facile de tromper un déverrouillage facial qu’une empreinte digitale ou un code PIN. Mais nous pensons que cette décision doit être laissée à l’utilisateur.

Par ailleurs, Sony n’est pas avare en réglages : L’écran peut être réglé sur la balance des blancs et le  » mode créateur  » prend en charge une profondeur de couleur de 10 bits et exploite le savoir-faire de la technologie des moniteurs maîtres professionnels de Sony, qui est utilisée pour de nombreuses productions cinématographiques hollywoodiennes.

Les Japonais font également jouer leurs muscles dans le secteur de l’audio, en intégrant intelligemment la technologie de la division audio de Sony. Non seulement elle a produit le Walkman, mais elle est également à la pointe des développements techniques actuels avec l’audio à 360 degrés et le DSEE Ultimate (qui permet de convertir de la musique compressée en audio HiRes).

Ces deux éléments sont intégrés dans le 5 III, qui dispose également de haut-parleurs stéréo en façade et d’une prise jack. L’accent mis avec succès sur le multimédia, qui est clairement visible ici, fait du 5 III un excellent divertissement.

Appareil photo rapide avec application professionnelle

En ce qui concerne l’appareil photo, Sony peut également s’appuyer sur une riche expérience : les appareils photo de la série Alpha ont connu un succès sans précédent et ont fait peur à Canon et Nikon. L’interface et les fonctions de l’application de l’appareil photo sont orientées vers la série Alpha – les photographes professionnels se sentiront immédiatement à l’aise ici, tous les autres seront étonnés par la profondeur des réglages qui permettent d’innombrables ajustements.

L’application vidéo « Cinema Pro » se présente également sous un aspect professionnel et offre un large éventail de fonctions. Aucun autre fabricant ne propose de meilleures interfaces de caméra pour les smartphones. Nous avons également apprécié le bouton de déclenchement dédié, sur lequel vous pouvez appuyer à mi-course pour faire la mise au point, comme sur un « vrai » appareil photo. Malheureusement, la qualité des photos ne peut pas suivre ce niveau, comme le montre notre analyse.

Le système de caméra a été repris 1:1 du Xperia 1 III, Sony mise à nouveau sur le téléobjectif innovant avec deux niveaux de zoom optique, seul manque le capteur ToF pour une mise au point particulièrement rapide, que vous ne remarquerez que dans des situations de prise de vue particulières (objets qui se déplacent rapidement).

Il est évident que cette centrale multimédia a besoin d’un processeur puissant pour fonctionner sans problème. Sony se tourne donc vers ce que Qualcomm a de plus fort dans ses rayons : Le Snapdragon 888 marque le summum de la technologie des semi-conducteurs, avec des performances de pointe et une connectivité complète, du modem 5G intégré au WiFi 6 et au Bluetooth 5.2.

Sony a prévu deux emplacements SIM, dont un hybride, qui peut accueillir une carte microSD ou une deuxième carte SIM. Malheureusement, il n’y a pas d’option eSIM. Une autre critique concerne l’espace de stockage limité : 128 Go, c’est trop peu pour un téléphone qui coûte un peu moins de 1000 euros et qui est conçu pour le multimédia. Cependant, la critique la plus sérieuse concerne l’absence de Qi : un modèle haut de gamme sans recharge sans fil est un non sens en 2021.

Compact et durable

En effet, le bloc d’alimentation inclus dans la livraison gère une puissance de 30 watts, de sorte que la batterie est de nouveau à 100 % après moins d’une heure. La durée d’utilisation fait un énorme bond en avant par rapport au 1 III : de 9 h 37 à 13 heures. Avec l’activation du 120 Hertz, il faut accepter une réduction à 11:34 heures, mais même cette valeur reste très bonne et permet à l’utilisateur de passer facilement la journée ; avec une utilisation modérée, même deux jours sans prise de courant sont possibles.

La grande différence avec le 1 III montre que son écran 4K est un véritable consommateur d’énergie. En dehors de cela, les valeurs mesurées sont similaires, avec de bonnes à très bonnes caractéristiques radio et une bonne acoustique lors des appels, qui ne présente que de légères faiblesses dans la suppression du bruit. Dans l’ensemble, une alternative solide au 1 III est proposée ici, qui plaît par ses dimensions pratiques et son endurance exceptionnelle. Cependant, l’absence de Qi ternit l’impression – et coûte à Sony la note de test  » très bien « .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici