Spyware Pegasus : Apple poursuit NSO Group en justice

Après Whatsapp, Apple poursuit en justice le fabricant de logiciels NSO Group, qui propose des logiciels d’espionnage comme Pegasus, entre autres pour les iPhones. NSO Group doit être tenu responsable de « la surveillance et de l’attaque ciblée d’utilisateurs d’Apple », a annoncé mardi soir le fabricant de l’iPhone. Apple a en outre demandé une injonction permanente « interdisant à NSO Group d’utiliser tout logiciel, service ou appareil d’Apple ».

L’entreprise israélienne NSO Group fournit des logiciels de surveillance aux gouvernements et aux agences gouvernementales. Des applications comme Pegasus exploitent les failles de sécurité des logiciels pour infecter les appareils des personnes ciblées avec des chevaux de Troie. Selon les médias, le gouvernement fédéral fait également partie des clients de NSO Group. Le BKA aurait également acheté Pegasus.

Le groupe NSO est en outre accusé de vendre régulièrement ses logiciels à des gouvernements autoritaires qui les utilisent pour surveiller les journalistes et l’opposition. L’entreprise rejette tout aussi régulièrement ces accusations. Dernièrement, Pegasus a fait la une des journaux pour avoir été utilisé contre des journalistes, des activistes et des représentants du gouvernement.

« Des acteurs financés par l’État, comme le NSO Group, dépensent des millions de dollars pour des technologies de surveillance sophistiquées, sans aucune obligation de rendre des comptes de manière efficace. Cela doit changer », a déclaré le directeur des logiciels d’Apple, Craig Federigh. Apple souligne en même temps que la « technologie de surveillance sophistiquée et financée par l’État » ne vise qu’un « très petit nombre d’utilisateurs » et ne concerne pas seulement iOS, mais aussi Android.

La plainte contient de « nouvelles informations » sur l’exploit d’une faille de sécurité aujourd’hui comblée, que le NSO Group a utilisé « pour s’introduire dans l’appareil Apple d’une victime et installer la dernière version de Pegasus », poursuit le communiqué. La faille aurait été découverte à l’origine par le Citizen Lab, un groupe de recherche de l’université de Toronto.

En plus de la plainte, Apple veut renforcer les organisations telles que Citizen Lab et Amnesty Tech pour leur travail et faire don de 10 millions de dollars US ainsi que des éventuels dommages et intérêts résultant de la plainte à des organisations qui s’occupent de la recherche et de la protection contre la cybersurveillance. En outre, le Citizen Lab bénéficiera d’une technologie gratuite et d’une assistance technique.

Apple emboîte ainsi le pas au groupe Meta, dont la filiale Whatsapp avait déjà entamé fin 2019 une procédure judiciaire contre le NSO Group – de manière licite, comme l’a récemment jugé une cour d’appel. Il y a trois semaines, le gouvernement américain avait placé le groupe NSO sur une liste d’entreprises soumises à des sanctions commerciales pour avoir mis en danger la sécurité nationale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici