Cybersécurité : l’ESA fait pirater des satellites en orbite

Ceux qui le souhaitent et qui ont une idée particulièrement bonne pour cela pourraient être invités en avril à pirater un satellite spécial de l’Agence spatiale européenne (ESA). Celle-ci demande maintenant des propositions pour le concours de hacking. Après un premier essai avec une copie exacte du satellite, trois finalistes seront sélectionnés et pourront s’essayer début avril au véritable satellite en orbite. Ils disposeront chacun de six minutes pour le pirater et révéler ainsi des points faibles dont l’ESA n’a pas connaissance. C’est ce que vient de faire savoir l’agence spatiale en lançant un appel à candidatures. Celles-ci seront acceptées jusqu’au 18 février.

Une cybersécurité insuffisante nous nuit à tous, explique l’ESA pour justifier le concours « Hack-Cysat ». L’exploitation des failles de sécurité cause d’immenses dommages et menace surtout les infrastructures critiques. Les satellites tels que ceux exploités par l’ESA en font partie. L’un d’entre eux s’appelle OPS-SAT et mesure 30 centimètres. Il a été lancé en 2019 et embarque des systèmes de contrôle de mission nettement plus performants que les satellites classiques. Sa seule mission est d’être ainsi disponible pour des tests qui, pour des raisons évidentes, ne peuvent pas être effectués sur des satellites en mission. Il permet aux responsables de tester de nouvelles procédures, techniques ou systèmes sans mettre en péril les missions en cours. Et maintenant, il est question de le pirater.

Des propositions sur la manière de prendre le contrôle à distance du noyau du processeur ou de la charge utile à bord doivent maintenant être soumises, peut-on lire sur la page du projet. Il est avantageux que les ingénieurs spatiaux « pètent les plombs » à la lecture de l’idée ou que des propositions de défense contre l’attaque soient jointes. Une bonne histoire autour de l’attaque sera également jugée positivement. Les six meilleures seront sélectionnées fin février. Les équipes auront alors accès à une copie exacte du SAT OPS et pourront essayer de le pirater. Ensuite, les trois meilleures équipes seront sélectionnées et pourront s’essayer en direct au véritable satellite en orbite lors de la conférence Cysat à Paris (6-7 avril). Pour cela, ils recevront un accès spécial. Le prix sera un voyage payé à Paris et « quelques surprises ».

Lire aussi

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici