Fedora Linux 35 : un nouveau bureau Gnome et une nouvelle édition de KDE

Les développeurs de Fedora ont publié une nouvelle version de leur distribution Linux. Dans Fedora 35, ils ont travaillé intensivement à la stabilisation des changements déjà mis en œuvre dans les versions précédentes – comme le serveur de sons « Pipewire » introduit avec Fedora 34 en remplacement de PulseAudio.

Gnome, l’environnement de bureau principal de cette distribution, passe à la version 41, avec sa gestion de paquets « Gnome-Software » qui inclut maintenant, sinon tous, du moins les paquets flatpak les plus populaires de flathub.org via un dépôt supplémentaire. Le service « systemd-resolved », qui gère la résolution de noms pour les connexions réseau depuis Fedora 33, a la possibilité de gérer « DNS over TLS » (DoT).

Autre nouveauté : Fedora « Kinoite », un système Linux modulaire qui maintient les partitions système en mode lecture seule et les met à jour séparément des applications installées.

Fedora Linux 35 (9 images)

Installation facultative de flatpaks

Avant que les programmes sélectionnés de Flathub soient disponibles dans le gestionnaire de paquets, cette source supplémentaire doit encore être activée.

(Image : Capture d’écran)

Fedora 34 avait déjà remplacé le serveur de sons PulseAudio par Pipewire. Ce projet de Wim Taymans, développeur chez Red Hat, s’est transformé au cours des six dernières années, passant d’une gestion des flux vidéo à un remplacement à part entière de PulseAudio. Les avantages comprennent de multiples API dans un seul serveur sonore et de faibles latences.

En plus des corrections de bogues, Fedora Linux 35 livre également le gestionnaire de session Wireplumber. Wireplumber remplace l’ancienne gestion de base des interfaces de sortie et d’entrée ainsi que des cartes son et des dispositifs Bluetooth. Pipewire devrait ainsi devenir un peu plus robuste et plus facile à configurer si plusieurs périphériques de sortie sont présents. Lorsqu’il contrôle des appareils Bluetooth, Pipewire prend en charge des codecs plus récents tels que mSBC et le CVSD à bande étroite.

Par deux fois, la date de sortie de Fedora 35 a été repoussée d’une semaine à chaque fois – ce qui n’est pas rare pour la distribution qui vise une fréquence de sortie semestrielle. Les derniers bogues persistants avant la sortie de Fedora concernaient la nouvelle intégration des flatpaks de flathub.org via la gestion de paquets « Gnome Software ».

Cependant, tous les flatpaks ne sont pas proposés, mais seulement les 50 programmes les plus populaires qui ne sont pas disponibles en tant que paquet régulier dans les sources de paquets Fedora et qui sont également totalement inattaquables en termes de droit de licence. Il s’agit notamment de Microsoft Teams, du client Zoom pour Linux, de Anydesk, Discord, WPS Office, OnlyOffice et Minecraft. Cependant, ils ne sont intégrés que s’ils sont activés après l’installation avec une option dans le gestionnaire de paquets sous Gnome.

Depuis Fedora 29, il existe un système modulaire avec bureau Gnome dans l’édition séparée « Silverblue », qui embarque le système de base en mode lecture seule et le met à jour séparément des programmes. Cette approche vise à fournir un système Linux aussi robuste que possible, constitué d’une part de paquets RPM modifiables, mais mettant à jour le noyau du système d’exploitation séparément d’autre part. Selon la FAQ de Silverblue, cette modularisation de Fedora pour le bureau provient à l’origine du système de serveur « CoreOS », qui a été créé pour les conteneurs et les flatpaks.

L’édition « Silverblue » avec Gnome est désormais complétée par la nouvelle variante « Kinoite » avec KDE Plasma 5.22, qui était déjà en développement depuis 2018. Ici aussi, l’installation se fait via l’outil Anaconda, mais le système n’est pas configuré et mis à jour via « dnf », mais via « rpm-ostree » et flatpaks.

Le bureau préféré de Fedora reste Gnome, maintenant dans sa version 41, qui apporte entre autres de nouveaux gestes sur le pavé tactile pour appeler la page d’aperçu. Gnome est toujours disponible dans Fedora sans extensions préinstallées ni thèmes personnalisés. La discussion qui couve sur l’adaptabilité limitée de GTK4 avec libadwaita ne joue donc aucun rôle pour Fedora.

Lire aussi

Comme d’habitude, Fedora Linux 35 est à nouveau disponible en variantes avec d’autres postes de travail en tant que système live. Outre Gnome et KDE Plasma, ces « spins » proposent également XFCE, MATE, Cinnamon, les bureaux particulièrement fins LXQT et LXDE comme environnements de travail et le gestionnaire de fenêtres en mosaïque i3. Il existe également une édition serveur de Fedora qui permet de sélectionner des groupes de paquets lors de l’installation. Toutes les variantes sont disponibles pour les architectures de processeurs x86_64 et ARM (aarch64). Un résumé des changements importants peut être trouvé dans les notes de version de Fedora 35, qui sont encore en attente mais seront bientôt disponibles.

  • Page principale de téléchargement du projet
  • Fedora 35 édition serveur
  • Fedora 35 Spins
  • Page thématique Linux et Open Source sur heise online

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici