Accueil crypto monnaie La tokenisation des biens industriels crée de nouvelles formes de financement

La tokenisation des biens industriels crée de nouvelles formes de financement

Les modèles commerciaux « Asset as a Service » pilotés par les données font de plus en plus leur entrée dans l’industrie de production et entraînent une modification de la chaîne de création de valeur financière. Quel rôle la tokenisation des biens industriels peut-elle jouer à l’avenir ?

Les modèles d’utilisation et de facturation flexibles sont une tendance essentielle de la numérisation et prennent de plus en plus d’importance dans l’industrie de production également. De plus en plus d’entreprises ont tendance à ne plus acheter de biens d’investissement, mais à payer leur utilisation dans le cadre de modèles de paiement à l’utilisation ou d’abonnement. Cela est rendu possible par l’utilisation de capteurs IoT qui fournissent les données d’utilisation correspondantes pour la facturation.

Les fabricants de biens d’équipement peuvent, entre autres, s’ouvrir de nouvelles sources de revenus et de nouveaux segments de clientèle en développant des offres « asset as a service » correspondantes. Toutefois, ces modèles commerciaux basés sur l’utilisation impliquent que des parties des biens d’investissement produits ne sont plus vendues, mais restent dans le bilan des fabricants. Cette prolongation du bilan entraîne un besoin en capital qui doit être couvert par des fonds propres ou des capitaux étrangers.

Les modèles commerciaux « asset-as-a-service » entraînent des besoins en capital

Le fabricant autrichien de tracteurs Lindner a également reconnu les opportunités d’un tel modèle commercial basé sur l’utilisation ou les données et a mis en place, en plus de son offre de vente, une flotte de location de plus de 70 véhicules pour ses clients. Des unités de télémétrie installées dans les véhicules collectent différentes données d’utilisation et les envoient à Cash on Ledger.

La startup de Cologne a développé un système de gestion du cycle de vie des actifs entièrement automatisé, qui permet à la facturation, au paiement et à la comptabilité de se dérouler de manière entièrement automatique, sans intervention humaine. Les flux de données qui en résultent constituent la base des considérations de cash-flow et de rendement ainsi que des évaluations de risque correspondantes et des calculs de valeur résiduelle pour chaque véhicule. Parallèlement, ces données peuvent constituer la base du refinancement nécessaire, tant au moyen de fonds étrangers que de fonds propres.

Refinancement par des crédits à l’utilisation

Sur la base des données d’utilisation collectées en continu, le refinancement peut se faire par le biais d’un crédit d’investissement basé sur les données, également connu sous le nom de crédit pay-per-use. Le montant du remboursement d’un tel crédit est déterminé de manière flexible par le taux d’utilisation des biens d’investissement : en période de faible utilisation et donc de chiffre d’affaires réduit, le taux de financement à payer diminue jusqu’à un certain point et préserve ainsi les liquidités. Si le taux d’utilisation augmente à nouveau jusqu’à un niveau suffisant, le taux de financement est à nouveau dû dans son intégralité ou plus. Les données d’utilisation nécessaires au calcul du taux de financement doivent être convenues au préalable et leur transmission à la banque – idéalement automatisée – doit être garantie.

Refinancement par le biais de Special Purpose Vehicles (« SPV »)

Au lieu de contracter des prêts bancaires, il est toutefois possible de créer une nouvelle classe d’actifs sur la base des données d’utilisation, qui pourra ensuite être utilisée pour le refinancement.

D’une part, le refinancement pourrait se faire au moyen de structures SPV. Les biens d’investissement, c’est-à-dire les tracteurs, sont transférés dans l’actif immobilisé de la société à but unique (SPV) utilisée, le refinancement du prix d’achat sur le marché des capitaux se fait par exemple par l’émission de titres. Les structures SPV présentent l’inconvénient d’une charge de travail énorme, d’une construction compliquée et des coûts élevés qui y sont liés. Elles ne sont donc rentables qu’en cas de besoins élevés en capitaux et de longue durée d’investissement et s’adressent en général spécialement aux grands investisseurs institutionnels. Pour les investisseurs privés, ces constructions sont en général difficilement accessibles, notamment en raison des montants d’investissement minimaux.

Refinancement par la tokenisation de biens industriels

La tokenisation peut, le cas échéant, constituer une alternative à la titrisation. Selon l’Autorité fédérale allemande de surveillance des services financiers, il s’agit de « la représentation numérisée d’une valeur (patrimoniale), y compris les droits et obligations contenus dans cette valeur, ainsi que sa transmissibilité ainsi rendue possible ».

Dans ce cas, les actifs de la société à but unique seraient représentés numériquement sous forme de jetons sur la blockchain, chaque jeton représentant une part de la société et attestant d’un droit à une partie du cash-flow des actifs sous-jacents. Les jetons peuvent être transférés à une autre partie à tout moment, de manière numérique et sans intermédiaire, l’historique des transactions et les rapports de propriété qui en résultent sont enregistrés de manière inaltérable sur la blockchain. Les distributions aux propriétaires de parts sociales liées aux parts sociales peuvent être effectuées de manière automatisée au moyen de Smart Contracts.

L’avantage est que le fractionnement du montant de l’investissement peut être aussi petit que souhaité, ce qui permet d’attirer différentes et nouvelles classes d’investisseurs, comme par exemple les investisseurs privés. En outre, les investissements en tokens ne sont pas nécessairement liés à une longue durée de détention en raison de la facilité de négoce, mais peuvent être utilisés de manière flexible pour diversifier des portefeuilles d’investissement même plus petits.

Toutefois, un volume d’investissement fortement fractionné peut également être lié à des frais de distribution correspondants, car il faut s’adresser à un nombre nettement plus important d’investisseurs individuels et les convaincre de la rentabilité du placement et, dans le cas des investisseurs privés, les informer de manière vérifiable. Et alors que les infrastructures de traitement et de distribution ainsi que le cadre réglementaire existent déjà pour les instruments de financement établis tels que les titres garantis par des créances, la mise en place d’un écosystème en termes de processus, de structures et de normes pour la tokenisation n’en est qu’à ses débuts.

Les données d’utilisation permettent de nouvelles formes de refinancement des biens industriels

Grâce à la tokenisation des biens industriels, les entreprises et les banques pourront à l’avenir développer de nouvelles méthodes de financement et de nouveaux modèles commerciaux basés sur les données. Parallèlement, de nouvelles classes d’actifs et donc des possibilités de diversification de portefeuille s’offrent à un cercle d’investisseurs élargi.

Toutefois, certaines conditions doivent encore être remplies avant que les avantages associés à la tokenisation puissent se concrétiser. Il s’agit par exemple de la mise en place d’une infrastructure de règlement basée sur la blockchain, de la création d’un cadre réglementaire approprié, mais aussi du développement d’une compréhension globale de la tokenisation ainsi que de ses opportunités et de ses risques chez tous les acteurs impliqués. En revanche, les crédits à l’utilisation, tout comme l’émission de titres adossés à des créances, sont des options de refinancement basées sur des données qui sont d’ores et déjà prêtes à être utilisées.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici