Les radioamateurs prévoient le WLAN pour les zones sinistrées

Les radioamateurs allemands réunis au sein de l’association à but non lucratif Deutscher Amateur Radio Club (DARC) ont développé un nouveau concept de radio de secours. Lors des inondations catastrophiques de la vallée de l’Ahr, ils n’ont guère eu leur mot à dire, car les services de secours disposent d’une infrastructure de communication performante avec la nouvelle radio numérique des autorités et les ponts radio que les amateurs pourraient mettre en place sont difficiles à intégrer.

Selon le DARC, le département des radiocommunications d’urgence et de catastrophe analysait depuis longtemps comment les exigences en matière de radiocommunications d’urgence avaient évolué en raison des changements techniques. L’association a maintenant présenté un concept entièrement nouveau, auquel ont collaboré des aides externes issues d’organisations d’aide, de la politique, de l’économie et de l’armée allemande. A l’avenir, les radioamateurs allemands ne devront plus se contenter d’enregistrer et de transmettre des messages dans les zones sinistrées, comme c’était le cas jusqu’à présent, mais ils devront mettre en place des réseaux WLAN performants permettant aux personnes concernées d’accéder à Internet et d’envoyer des messages et de consulter des informations même à l’aide d’un smartphone ou d’un ordinateur portable.

L’association à but non lucratif est en train d’acquérir un premier prototype d’un tel système, qui peut être transporté dans une remorque de voiture et qui fonctionne indépendamment du réseau électrique. Si le concept fait ses preuves, de tels systèmes d’urgence seront disponibles à l’avenir dans toute l’Allemagne, afin que les bénévoles de l’association puissent les amener rapidement sur place en cas de besoin. Les systèmes ne comprennent pas seulement les composants WLAN, mais aussi, par exemple, une alimentation électrique indépendante du réseau et des stations de recharge électrique pour la population afin de charger les appareils mobiles.

Le DARC prend en charge les coûts du prototype ; il ne peut toutefois pas financer par les cotisations de ses membres les coûts d’un déploiement à grande échelle avec plusieurs groupes de radiocommunication de secours répartis sur le territoire allemand et capables de mettre en service un tel réseau de radiocommunication de secours avec leur propre matériel. Pour chaque groupe, l’association prévoit des coûts d’environ 1 million d’euros pour l’achat du matériel réparti sur plusieurs remorques, ainsi que pour son entretien et son stockage au cours des premières années. Le référent radio de secours Oliver Schlag (indicatif radio amateur DL7TNY) espère donc obtenir des aides de l’économie et de la politique. L’association veut démontrer en pratique à partir d’avril avec le prototype à quel point une telle solution radio de secours peut être performante.

c’t édition 1/2022

Dans c’t 1/2022, nous sommes sur quatre roues. Les voitures modernes collectent des données sur les occupants et l’environnement qui suscitent la convoitise. Reste-t-il une chance pour la vie privée ? Nous nous penchons également sur le matériel open source qui peut être reproduit avec précision grâce à une bonne documentation – du vélo-cargo à l’ordinateur portable. Vous trouverez le numéro 1/2022 à partir du 17 décembre dans la boutique et dans les kiosques à journaux bien achalandés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici