macOS Mojave : Microsoft annule également le support

La situation se resserre pour les utilisateurs de macOS 10.14 alias Mojave : après qu’Apple a apparemment interrompu le support officiel du système d’exploitation sorti en 2018, le prochain grand éditeur de logiciels lui emboîte le pas avec Microsoft. Seule la version 16.54 de Word, Excel, PowerPoint et autres, qui vient d’être publiée, est officiellement prise en charge par les machines Mojave.

La version de production 16.55 de la suite bureautique, qui suivra en novembre, ne sera déjà plus utilisable sous macOS 10.14. Cela a été annoncé par Microsoft annoncé aux clients il y a quelque temps. Le minimum requis sera alors macOS 10.15 alias Catalina, qui a été lancé en 2019. En 2020, macOS 11 alias Big Sur a suivi, un système d’exploitation visuellement rafraîchi, et ce mois-ci macOS 12 alias Monterey devrait être livré.

Apple elle-même ne s’occupe pas de Mojave depuis plusieurs semaines : une importante mise à jour de sécurité pour le système d’exploitation Mac, qui comblait une vulnérabilité de type « zero-day », n’était même pas disponible pour macOS 10.14. Cependant, l’entreprise n’a pas encore fait de déclaration officielle sur la fin du support, si bien que les utilisateurs sont pris entre deux chaises.

De nombreux Macs fonctionnant sous Mojave pourraient en fait être mis à jour. Toutefois, macOS 10.14 et les versions ultérieures présentent l’inconvénient majeur de ne plus pouvoir exécuter de logiciels 32 bits. Il est vrai que presque toutes les applications macOS importantes sont désormais capables de fonctionner en 64 bits. Cependant, il y a encore beaucoup de logiciels anciens qui ne sont pas (plus) touchés par les développeurs pour les amener à ce niveau. Seul Mojave permettait encore leur utilisation.

Dans ces cas, les utilisateurs doivent réfléchir à la manière de procéder. Un Mojave non corrigé pose un risque de sécurité. Il convient d’envisager d’exécuter le système d’exploitation uniquement pour lesdits programmes 32 bits dans une machine virtuelle, par exemple sous Parallels Desktop ou VMware Fusion, et de ne plus l’utiliser comme système d’exploitation principal. Mais même dans une VM, il faut être conscient du risque de sécurité. Apple elle-même n’aide pas les utilisateurs de logiciels 32 bits ; la société leur indique succinctement qu’ils doivent contacter les fabricants d’applications pour qu’ils mettent à jour leurs programmes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici