ProtonMail se défend d’avoir divulgué l’adresse IP d’un « activiste climatique »

Le PDG du fournisseur suisse de messagerie électronique ProtonMail a confirmé que l’adresse IP d’un compte et d’autres informations ont été communiquées à la demande d’Europol. Cela n’est pas en contradiction avec la promesse faite aux utilisateurs de garantir la plus grande confidentialité possible, a assuré Andy Yen sur Twitter. Nous sommes légalement tenus d’exécuter les ordres en Suisse et, dans ce cas précis, le suspect a « malheureusement enfreint la loi suisse ». Il n’y avait tout simplement aucun moyen de résister à l’ordre, écrit Yen.

La divulgation de ces données a été révélée dimanche par un rapport du média français Secours Rouge. Selon le rapport, l’enquête concerne des militants du collectif « Youth for Climate » du mouvement « Fridays for Future ». Ils sont accusés de vol et de violation de domicile en relation avec des occupations lors de manifestations. La communication s’est faite, entre autres, via ProtonMail. Par l’intermédiaire d’Europol, une demande a ensuite été envoyée de la France à la Suisse pour exiger que le fournisseur de courrier remette les données. Il fallait s’y conformer.

Si ProtonMail annonce, entre autres, qu’aucune adresse IP n’est stockée par défaut, l’entreprise explique également que cela peut être modifié dans certaines circonstances. Une demande des autorités en fait partie. En outre, les conditions d’utilisation interdisent explicitement l’utilisation du service par des personnes qui sont impliquées dans des activités illégales en Suisse. ProtonMail indique également sur une page que le service de messagerie est également accessible via Tor, auquel cas le fournisseur n’a aucun moyen d’identifier l’IP d’où provient l’appel initial.

Lire aussi


[mho)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici