Accueil crypto monnaie Recueil d’idées sur les opportunités offertes aux banques par l’euro numérique

Recueil d’idées sur les opportunités offertes aux banques par l’euro numérique

Les banques et les caisses d’épargne pourraient profiter de l’introduction éventuelle de l’euro numérique et occuper de nombreux nouveaux champs d’activité. Entre autres, l’occasion se présente de renforcer leur position dans le trafic des paiements. Il vaut donc la peine de s’activer dès maintenant.

La Banque centrale européenne (BCE) travaille d’arrache-pied sur les plans d’un euro numérique. Celui-ci, s’il est introduit, ne remplacera pas la monnaie fiduciaire ou scripturale en euros, mais se contentera de la compléter et d’élargir le choix existant de modes de paiement. L’objectif est de soutenir le passage de l’économie européenne à l’ère numérique et de promouvoir activement les innovations dans le domaine des paiements.

L’un des grands avantages de l’euro numérique : En fonction de sa conception, il est possible d’obtenir un triptyque harmonieux qui combine les caractéristiques de l’argent liquide avec celles d’un moyen de paiement numérique et qui offre en outre des plus-values grâce à une possibilité de programmation (par ex. via des contrats intelligents). De nouvelles possibilités de paiement s’offrent ainsi aux banques, aux entreprises et aux consommateurs. Le tout est encadré par la sécurité d’une monnaie de banque centrale garantie par l’État, qui permet à la BCE de consolider à long terme sa souveraineté en matière de politique monétaire.

Depuis octobre 2021, des discussions ont lieu dans le cadre d’une phase d’enquête de la BCE sur ce à quoi pourrait ressembler un euro numérique. Au cours de la phase d’étude de deux ans prévue, les caractéristiques clés seront définies afin de présenter ensuite une solution. La BCE est donc en retard par rapport à d’autres banques centrales en Asie ou en Amérique. D’un autre côté, cette longue phase d’examen offre encore suffisamment de temps aux acteurs du marché européen pour participer au développement de l’euro numérique. Ils pourront également élaborer de nouveaux modèles commerciaux dans les mois à venir afin de profiter des avantages de l’euro numérique dès le premier jour.

Une monnaie aux multiples fonctions

Pendant la phase de conception de l’euro numérique, les banques devraient identifier des cas d’utilisation et concevoir des solutions technologiques spécifiques à chaque cas – même si l’on ne sait pas encore avec quelles fonctions l’euro numérique sera introduit au départ. Il est par exemple envisageable que la BCE limite le potentiel d’utilisation au début, afin d’acquérir de l’expérience avec la technologie sous-jacente ou de tester l’acceptation sociale dans un premier temps.

Les possibilités offertes par une monnaie numérique de banque centrale sont extrêmement larges. Le cas le plus évident est certainement celui d’un paiement pour lequel l’utilisation d’argent liquide n’est pas possible et où l’utilisation de terminaux de cartes serait trop coûteuse ou trop compliquée. C’est souvent le cas des POS en libre-service dans le commerce de détail ou des bornes de recharge électrique. Ces paiements pourraient à l’avenir être conçus de manière aussi simple et efficace que la fonction d’envoi d’argent de Paypal. Dans l’économie du partage également, l’euro numérique simplifierait considérablement le processus de paiement, par exemple lorsque les utilisateurs souhaitent emprunter un vélo de ville sans s’enregistrer au préalable auprès du fournisseur.

La programmabilité de l’euro numérique offre de nouvelles opportunités

C’est surtout la programmabilité de l’euro numérique qui ouvre aux banques un modèle commercial prometteur. En effet, contrairement au transfert électronique de monnaie scripturale, l’utilisation de la monnaie numérique peut être définie avec précision. Il serait par exemple possible de créer des cartes-cadeaux de commerçants sous la forme d’un composant matériel ou uniquement sous forme numérique dans le portefeuille. Ce marché de plusieurs milliards est actuellement occupé par des fournisseurs tiers et des schémas de cartes de crédit prépayées qui ont placé leurs cartes cadeaux à presque toutes les caisses de supermarché. À l’avenir, le crédit sur les cartes pourrait être programmé comme un euro numérique de telle sorte qu’il ne puisse être utilisé que dans un magasin donné ou pour une catégorie de produits donnée.

De la même manière, les offres de paiement à l’utilisation ou les paiements peuvent être liés à la réalisation de conditions plus complexes. Pour ce faire, des intermédiaires coûteux ou des processus compliqués sont encore nécessaires aujourd’hui pour vérifier et confirmer que les conditions respectives sont remplies. Cela pourrait être pertinent, par exemple, pour les moyens de paiement à usage spécifique tels que les cartes de flotte ou les cartes de carburant. Dans ce cas, les banques peuvent se positionner en tant que prestataires de services et proposer non seulement la distribution des euros numériques, mais aussi la programmation.

Les smart contracts simplifient le processus de paiement

L’euro numérique pourrait faire valoir ses avantages dans tous les cas où une transaction en temps réel est prévue. Si le paiement ne doit être effectué qu’au moment où une prestation a été fournie, le rapprochement est nettement simplifié à l’aide de Smart Contracts. Les processus ou les intermédiaires deviennent superflus. Les contrôles ou les garanties sur l’exécution du paiement ou de la prestation peuvent être réglés entre les deux parties concernées. La séquence de processus classique d’un paiement, à savoir l’ordre, l’autorisation, la compensation, le règlement et la réconciliation, peut ainsi être effectuée en une seule étape.

L’euro numérique permet également d’éviter les abus lors du versement de subventions ou de fonds d’aide. Si, par exemple, des fonds sont mis à disposition pour une rénovation énergétique, cet argent ne peut être utilisé que pour certains matériaux. L’utilisation de l’argent à des fins précises peut également être limitée au niveau régional. Pour une action de marketing de quartier, une banque pourrait programmer des bons qui ne seraient utilisables que dans une zone définie. Dans le secteur immobilier, l’euro numérique s’impose lorsqu’il faut déposer des garanties, par exemple pour remplacer les comptes fiduciaires ou comme modèle pour les cautions de location.

D’autres cas d’utilisation se présentent, en particulier pour les banques qui ont des clients dans le secteur communal. Grâce aux contrats intelligents, les processus de demande pourraient être directement liés au processus de paiement, ce qui raccourcirait considérablement le processus.

De la banque de détail à la banque d’entreprise

Dans ces jeux de simulation pour les banques, l’accent est mis, du moins au début, sur le secteur de la banque de détail. Dans une prochaine étape, les applications pourraient être étendues à d’autres domaines d’activité, par exemple les paiements machine-to-machine ou les micro-paiement. Dans ce cas, il est recommandé de procéder à un échange précoce sur les cas d’utilisation possibles entre les banques et les clients des secteurs des PME, des clients institutionnels et des entreprises.

Au quotidien, la monnaie scripturale reste le principal moyen de paiement

Bien que la BCE n’ait pas encore pris de décision concernant la mise en œuvre de l’euro numérique, il est probable que les gardiens de la monnaie lanceront un équivalent numérique de l’euro. Afin de garantir la souveraineté monétaire de la zone euro et de construire une alternative solide aux offres de devises numériques des BigTechs et d’autres espaces économiques, la nouvelle monnaie numérique doit également apporter une large gamme de fonctionnalités. Pour l’industrie financière nationale, cela signifie qu’elle doit se pencher dès maintenant sur les cas d’application et les conditions-cadres.

Dans les paiements quotidiens ou en tant que moyen de paiement P2P, l’euro numérique ne sera probablement pas très pertinent. Il s’agit plutôt de répondre aux exigences des processus numérisés et de permettre un échange fluide et sûr entre les acteurs du marché en tant que lien programmable entre le monde numérique et le monde analogique.

Les banques en bonne position

Grâce à leur grande compétence en matière de sécurité (KYC, AML, CFT) et à une infrastructure de distribution éprouvée, les banques sont bien placées pour se positionner en tant que fournisseurs de services modernes. Avec de nouveaux cas d’utilisation, les établissements peuvent établir des normes. C’est d’autant plus important que l’euro numérique doit être peu coûteux, voire gratuit, pour les utilisateurs finaux. Pour que les banques ne deviennent pas de simples fournisseurs d’infrastructure et ne restent pas à la traîne, comme elles l’ont déjà fait dans le cas de l’Open Banking et des Instant Payments, elles doivent donc se positionner dès maintenant.

Conclusion : les banques doivent être actives

L’argent liquide est déjà en recul, notamment en raison des possibilités de paiement par carte (NFC) plus attrayantes, des plateformes comme Paypal ou encore des effets de la pandémie de coronavirus. Ce serait une erreur de compter sur le fait que l’euro numérique sera spontanément bien accepté par le consommateur, simplement parce qu’il s’agit d’une monnaie sécurisée de banque centrale. L’argument de la sécurité a déjà été surestimé lors du lancement de paydirekt, et le rôle essentiel des valeurs ajoutées a été sous-estimé.

Les banques ont encore la possibilité de façonner la flexibilité et la simplicité de l’euro numérique du point de vue du client. Elles ne devraient pas laisser passer cette chance avant que les grands schémas de cartes ou les BigTechs ne les devancent et n’occupent le marché.


Niklas Kuhn est le co-auteur de cet article. Il est consultant senior chez Cofinpro et accompagne une banque dans le développement et l’introduction d’un processus numérique d’ouverture de dépôt. Auparavant, il a travaillé comme analyste d’affaires chez CGI et comme commercial dans une compagnie d’assurance.