Toujours en attente du programme de réparation d’Apple pour les amateurs

La possibilité de réparation d’appareils pour le commun des mortels, annoncée par Apple en novembre à grand renfort de relations publiques, n’a toujours pas de date de lancement officielle. Selon le groupe, le programme Self Service Repair (SSRP) devait être lancé « début 2022 aux Etats-Unis » et être introduit dans d’autres pays dans le courant de l’année. Mais jusqu’à présent, rien ne bouge.

Après les prestataires de services de réparation autorisés et les ateliers indépendants, le SSRP devrait permettre pour la première fois aux clients finaux de commander des pièces et des outils d’origine directement auprès d’Apple, avec les instructions de réparation nécessaires. Le groupe a souligné l’année dernière dans un communiqué qu’il souhaitait ainsi s’adresser spécifiquement aux « personnes ayant des connaissances techniques ».

Toutefois, cela ne concerne ni tous les appareils ni tous les types de réparation. Dans un premier temps, Apple voulait limiter le service aux Mac avec SoC M1 et aux iPhones. Les types de réparations qui seront possibles n’ont pas non plus été précisés jusqu’à présent. Le groupe avait promis « plus de 200 pièces de rechange et outils » pour les problèmes typiques de l’iPhone. Ils devaient pouvoir être commandés dans un service en ligne spécifique. En ce qui concerne les prix, l’entreprise a indiqué qu’ils seraient basés sur ce que les ateliers de réparation payent déjà. Parallèlement, il devrait y avoir un programme de recyclage pour les pièces défectueuses remplacées.

Les observateurs cyniques voient dans le SSRP une tentative d’Apple de contourner la législation sur le « droit à la réparation » (Right to Repair) prévue dans de nombreux pays et États américains – en faisant savoir aux autorités gouvernementales qu’elles autorisent déjà de telles réparations. Dans le même temps, le groupe conserverait le contrôle de ses pièces de rechange et de ses instructions de réparation, car celles-ci n’auraient pas besoin d’être approuvées par tous. Auparavant, le groupe avait également autorisé les réparateurs indépendants à accéder aux pièces d’origine, mais ce programme avait également été critiqué par les réparateurs qui le jugeaient trop strict.

La raison pour laquelle on n’entend pas parler du SSRP n’est pas claire. On pourrait imaginer qu’il manque des composants ; Apple ne semble en tout cas pas avoir changé d’avis. Les premiers signes d’une mise en œuvre sont visibles dans l’application d’assistance d’Apple – on y trouve désormais une option permettant de commander des pièces de rechange, mais en cas de sélection, on est immédiatement envoyé dans un dialogue avec un conseiller clientèle. Apple prévoit apparemment de confier la gestion du programme à une tierce partie et de mettre la documentation à disposition sur son site web.