Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Rosans

Rosans : l’auteur présumé d’injures antisémites sera jugé en octobre

L’homme de 18 ans, interpellé ce mercredi à Rosans, à la suite d’injures antisémites dont était victime une commerçante juive de la commune depuis plusieurs jours, a été remis en liberté, ce jeudi, avec une convocation devant le tribunal correctionnel de Gap. Il sera jugé le 30 octobre prochain pour injures publiques à caractère antisémite. Il encourt six mois d’emprisonnement et 22.500 euros d’amende.

« Il reconnaît une partie des injures mais ne les explique pas beaucoup », indique le procureur de la République de Gap, Raphaël Balland. « Il assure qu’il n’est en rien antisémite. » En revanche, plusieurs éléments relevés par les gendarmes sur son ordinateur et sur sa page Facebook établissent qu’il est « adepte de causes antisémites » et qu’il défend la cause palestinienne.

Le procureur de la République justifie par ailleurs sa décision de ne le convoquer qu’ultérieurement, en dépit du contexte actuel, par des raisons juridiques. « Les injures publiques relèvent de la loi sur la presse de 1881, ce qui m’interdit le recours à une procédure rapide (comparution immédiate par exemple) », précise M. Balland. « Il en va autrement des cas de violences à caractère antisémite, qui relèvent du code pénal. »

Agression de Gap : « L’enquête continue de progresser »

S’agissant de l’agression à caractère antisémite d’une femme handicapée et de son éducatrice, ce mardi soir à son domicile de Gap, « l’enquête continue de progresser », indique le procureur de la République. « Différentes auditions sont en cours et les investigations se poursuivent. C’est une procédure lourde, car il y a beaucoup de personnes impliquées et certaines avaient le visage dissimulé lors des faits. »


+ Sur le même sujet...