Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Roger Didier

Gap : Roger Didier aborde les dossiers chauds de la rentrée scolaire

école de BeauregardCe mardi matin, à l’école de Beauregard (notre photo), le maire de Gap Roger Didier est venu accueillir les élèves en cette journée de rentrée scolaire. Cette année, la ville devrait compter entre 2200 et 2300 élèves répartis dans 22 groupes scolaires, avec une moyenne de 23 écoliers par classe. 147 enseignants leur transmettront leur savoir. Pour l’occasion, le maire est revenu sur les dossiers chauds.

Les rythmes scolaires

« On accueille les enfants comme d’habitude. Ils iront à la cantine en fin de matinée. Le prévisionnel donne moins d’enfants le mercredi midi qu’en semaine, déclare Roger Didier. Les activités vont être mises en place entre aujourd’hui et la Toussaint, ce qui est conforme au projet. Les activités périscolaires auront lieu tous les jours ; elles seront diverses et variées. La période (jusqu’à la Toussaint) permet de caler les activités avec le personnel en place, voire de nouveaux membres. Ça comprendra des activités de pleine nature, du sport, des activités de jeu… Le panel n’est pas encore complètement finalisé, rien ne sera parfait même à la Toussaint, mais tout sera fait pour. »

L’équipe municipale doit s’adapter aux nouveaux rythmes scolaires, même s’ils ne leur sont pas tout à fait étrangers. « Nous faisions les rythmes scolaires sans le savoir, estime le maire. Nous n’avions pas l’intention de mettre en place la réforme car elle l’était déjà dans la ville de Gap. Ça existait et on l’a déplacé. Nous souhaitions que certaines activités puissent empiéter sur les temps de garderie et d’étude. Les horaires nous ont été imposés. A la fin de l’année scolaire, une enquête sera faite par l’Education nationale pour dresser le bilan. Nous nous réunirons avec les équipes pédagogiques sur l’adaptation des enfants et ce qu’ils constatent. »

Les raisons de la baisse de la rémunération des enseignants pour les études surveillées

Cette année, la Ville a décidé de rémunérer les études surveillées au taux du smic horaire pour tout le personnel, passant ainsi de 19,45 euros (voire 21,86 euros pour les professeurs des écoles hors classe) à 9,53 € brut (7,47 € net). « On a travaillé, avec mon premier adjoint pour finaliser ce qui est proposé. On a constaté que cette rémunération était coûteuse étant donné l’ensemble des projets de la ville. On va voir comment ça va se mettre en place. La priorité est de s’orienter vers de jeunes intervenants, qu’il y ait un peu plus d’étudiants au service de ces activités », souhaite le maire de Gap. La Ville vient d’ailleurs de publier un avis annonçant le recrutement de​ surveillants d’études, de ​surveillants « périscolaires » et d’agents diplômés du CAP Petite enfance.

Les enseignements tirés des courriers adressés aux parents d’élèves

« Cet été, nous avons envoyé deux courriers aux parents d’élèves, rappelle Roger Didier. Le premier était un questionnaire sur l’adhésion ou non au projet des rythmes scolaires. Il y a eu un « non » massif avec 81 % des parents contre. Le deuxième courrier consistait à les rassurer. Quel que soit leur travail, toutes les familles auront la possibilité de déposer et de revenir chercher leurs enfants aux mêmes heures que les années précédentes, précise Roger Didier. On a reçu beaucoup moins de réponses que pour le premier courrier, seulement 300 à 400, car les parents ont déjà été rassurés après la première lettre. Il n’y a eu aucun retour de famille inquiète. On a bien communiqué avec les parents grâce aux lettres détaillées. Il s’agit donc d’une rentrée classique, plutôt calme », conclut Roger Didier.


+ Sur le même sujet...