Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Ludambule

Un second souffle pour l’association Ludambule

12 Sep 2014 - 8:00

Après avoir été en difficulté financière fin 2013, l’association Ludambule, ludothèque ambulante qui possède quelque 5000 jeux et jouets, vit une seconde jeunesse. « On a sollicité les médias, fait un appel aux adhérents et une campagne de dons et ça a été un succès, se félicite Dominique Dumeste, membre de l’association. Et Pierre Bernard-Reymond, le sénateur des Hautes-Alpes, a prêté une oreille très attentive et nous a permis de recevoir 1500 euros du ministère de la Culture au titre de sa réserve parlementaire. » Un coup de pouce notable pour une association d’animation qui a pour moteur premier le jeu. « On attend désormais la décision du conseil général. L’association a un rayonnement départemental et on s’est dit qu’il pouvait nous soutenir. On attend une réponse le 23 septembre. »

« C’est une reconnaissance en tant que média culturel, poursuit Dominique Dumeste. Les gens pensent que la culture c’est uniquement l’art ou le théâtre. Mais le jeu fait partie du patrimoine culturel, et on revendique ça. Ca nous conforte dans nos actions. » Les aides permettent donc à Ludambule de repartir avec de nouveaux projets en cette rentrée 2014. « Ca fait du bien au moral et on a plein de projets, en direction par exemple des personnes âgées. Le jeu permet de rester jeune, de ralentir le vieillissement et la maladie. » En plus de la distraction, Ludambule propose des formations comme pour le diplôme d’éducateur permettant de s’occuper de personnes en difficulté sociale ou atteintes de handicap.

Ludambule fortement impliquée dans les activités périscolaires

Elle prend part également aux activités périscolaires dans certaines communes. « On a commencé dans deux écoles, à Serres et Montmaur. Ca se traduit par une ludothèque, un temps de jeu. Ca va avec l’esprit de la réforme des rythmes scolaires, qui est le ressourcement. Si l’enfant veut rester seul faire un puzzle, il le peut par exemple. Ca ne veut pas dire pour autant qu’il n’y a pas d’enseignement. »

Ludambule n’a pas pu répondre à toutes les sollicitations, mais a néanmoins trouvé une solution.  « On ne peut pas être à 25 endroits différents, ce n’est pas possible, observe Mme Dumeste. On va donc former les parents pour qu’ils puissent aider. On prête également des jeux à des mairies (Tallard, Neffes,  Aspres-sur-Buëch, Veynes, La Roche-des-Arnauds, La Fressinouse, Pelleautier). »