Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Photo d'illustrationPhoto d'illustration

Le bâtonnier dénonce « l’aberration » de la supression du centre éducatif renforcé

16 Sep 2014 - 16:45

Le conseil de l’ordre des avocats des Hautes-Alpes trouve « aberrante » la possible suppression du centre éducatif renforcé (CER) d’Aspres-sur-Buëch. Mardi dernier, le conseil de l’ADSEA, qui gère l’institution, avait voté sa fermeture avec effet immédiat et le reclassement de son personnel, par manque de moyens financiers.

Depuis 2012, ce centre, unique dans le département, accueille des adolescents délinquants pendant quelques mois pour les éloigner de leur milieu et préparer avec eux leur réinsertion. « Une alternative à l’incarcération des mineurs délinquants », rappelle le bâtonnier Karine Ghigonetto. Pour elle, la fermeture de ce centre « va non seulement réduire un peu plus les places disponibles et de proximité, mais aussi restreindre la gamme de solutions qui s’offre aux juges des enfants, alors que la politique de lutte contre la délinquance des mineurs donne la priorité aux mesures éducatives sur les mesures répressives ».

Le barreau entend interpeller le préfet et les élus du département « car l’immobilisme de ces autorités devant cette menace de fermeture indigne notre profession. Ne rien faire pour sauver le CER d’Aspres-sur-Buëch, c’est trahir une partie de la jeunesse de notre pays », martèle Me Ghigonetto.