Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Equipe de France de parachutisme

Parachutisme : l’équipe de France militaire perdra sa base de Tallard mercredi

La dissolution du centre de formation et d’entraînement au parachutisme de haut niveau (CFEPHN) de Gap-Tallard, qui relève de l’armée de l’air, interviendra ce mercredi 1er octobre. En ce lundi 29 septembre, jour de saint Michel, patron des parachutistes, Jean-Michel Arnaud, maire de Tallard, fait part de sa « colère » : « Merci au ministre Le Drian et au président Hollande de cette décision qui fait honte à nos militaires et à la nation », écrit-il sur sa page Facebook.

Sur les 16 militaires jusqu’ici affectés à cette unité, seuls huit seront maintenus sur place, tandis que les autres ont reçu d’autres affectations (Istres, Salon-de-Provence, Dijon, Orléans, Toulouse…). Deux ont d’ailleurs choisi de démissionner de l’armée au 31 juillet.

La semaine dernière, en Indonésie, l’équipe de France féminine militaire (Laurence Hervé, Stéphanie Texier, Déborah Ferrand et Anne-Lise Guillard) a décroché le titre de vice-championne du monde en vol relatif à 4 et une médaille de bronze au combiné des nations pour l’ensemble vol relatif/précision d’atterrissage/voltige (équipe de VR4 avec Estelle Bernier). Jean Vignuales et Déborah Ferrand ont obtenu une médaille de bronze en voltige, et Jean Vignuales a également remporté une deuxième place au combiné précision d’atterrissage/voltige. L’équipe de France masculine (Jean Vignuales, Maxime Dupont, Sébastien Carbillet, Thomas Jeannerot et Tanguy Maheu) a fini 4e, au pied du podium.

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, soulignait dans un courrier adressé le 16 juillet au député Joël Giraud qu’il était « attaché à la performance reconnue de tous ses parachutistes et, malgré un contexte budgétaire contraint, il continue de veiller attentivement sur l’avenir de ces sportifs». Mais, de l’avis de plusieurs militaires, les huit parachutistes maintenus à Tallard ne pourront pratiquer que les disciplines reconnues par la fédération française de parachutisme, et plus les autres disciplines militaires. Quant aux parachutistes rattachés à d’autres bases, leur entraînement sera évidemment plus aléatoire.


+ Sur le même sujet...