Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Photo SDIS 05Photo SDIS 05

Briançon : l’ancienne usine de la Schappe détruite par un incendie

5 Oct 2014 - 8:33
L'incendie a dévasté en grande partie ce qui fut le fleuron de l'industrie briançonnaise de 1863 à 1932 (Photo SDIS 05).
L’incendie a dévasté en grande partie ce qui fut le fleuron de l’industrie briançonnaise de 1863 à 1932 (Photo SDIS 05).

Un très important incendie a ravagé l’ancienne filature de la Schappe, à Briançon, dans la nuit de samedi à dimanche. L’alerte a été donnée à 2h30 par plusieurs riverains ayant remarqué des fumées suspectes. 80 sapeurs-pompiers de Briançon, Serre Chevalier, Val-des-Prés, L’Argentière-la-Bessée, Guillestre, Embrun et Gap ont été engagés pour venir à bout des flammes qui ont détruit en quasi-totalité le bâtiment, construit en 1863. Quinze véhicules de lutte contre l’incendie étaient sur place, ainsi que deux grandes échelles. Les trois étages de l’usine désaffectée se sont en partie effondrés, et seuls les murs extérieurs demeurent debout. Le bâtiment avait une surface de 3300 m² sur trois étages. Une équipe d’infirmiers des sapeurs-pompiers était également sur place, mais aucun blessé n’est à déplorer. Une vingtaine de soldats du feu étaient encore sur les lieux, ce dimanche matin, pour assurer une surveillance.

Une enquête a été ouverte par les policiers du commissariat de Briançon pour déterminer les causes du sinistre. Il est de notoriété publique que cet immense bâtiment est fréquemment squatté.

Rappelons que la Schappe a été un fleuron de l’industrie briançonnaise. L’usine a abrité jusqu’à 1000 personnes à la fin du 19e siècle. La filature de soie des frères Chancel a définitivement fermé en 1932.

Le bâtiment tel qu'il apparaissait aux Briançonnais ce dimanche matin (photo Romain Gryzka).
Le bâtiment tel qu’il apparaissait aux Briançonnais ce dimanche matin (photo Romain Gryzka).

Plusieurs projets de reconversion se sont fait jour ces dernières années, mais aucun n’a été mis en oeuvre. Le promoteur anglais (le groupe Space) qui avait acheté le bâtiment en 2007 à la Ville de Briançon pour en faire un lieu de villégiature haut de gamme, a été placé en liquidation judiciaire en 2010, laissant plusieurs millions d’euros de dettes.

En 2013, le bâtiment avait été acheté aux enchères par un investisseur marseillais atypique, Sylvie Caulet. Elle a ensuite dénoncé la vente en s’appuyant sur un différend avec la Ville de Briançon sur la propriété d’une rampe d’accès au bâtiment. Un procès oppose actuellement le mandataire liquidateur de Space à Mme Caulet devant la cour d’appel de Grenoble.

(Photos SDIS 05)


+ Sur le même sujet...