Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
camion

L’écotaxe suspendue « sine die » : EE-LV proteste et s’inquiète pour les projets menacés

9 Oct 2014 - 18:00

La ministre de l’Ecologie Ségolène Royal et le secrétaire d’Etat aux Transports, Alain Vidalies, ont annoncé ce vendredi la suspension « sine die » du dispositif de l’écotaxe. Cette décision fait suite à leur rencontre avec les responsables des fédérations professionnelles du transport routier. Ségolène Royal et Alain Vidalies déclarent avoir pris acte « des difficultés de la mise en œuvre de l’écotaxe », « de la nécessité de clarifier les sources de financement de l’usage des infrastructures pour aboutir à un système clair et juste », et « de la volonté des professionnels du transport de participer à des solutions de financement équitables et pérennes ».

Dans les Hautes-Alpes, Europe Ecologie-Les Verts « dénonce » cette décision, « d’autant plus surprenante qu’une phase d’expérimentation était en cours depuis le 1er octobre, afin de prendre le temps d’évaluer l’impact d’une telle mesure. Cette précipitation, qui donne raison aux pressions et aux menaces des lobbies routiers contre l’intérêt général, est particulièrement choquante pour les écologistes. » Pour EE-LV, « ce dispositif, qui existe dans de nombreux autres pays en Europe a déjà démontré des succès probants, en privilégiant les circuits courts et une utilisation plus effective du transport routier ».

Le parti écologiste s’inquiète également des conséquences de cette décision, sachant que l’écotaxe devait permettre de financer les infrastructures de transport. « De nombreux projets dans notre département, routiers comme ferroviaires (et notamment la rocade de Gap) sont désormais gravement menacés. S’ils parviennent à voir le jour, ce sera au prix d’efforts supplémentaires de la part des contribuables, qui paieront pour les pollueurs. »


+ Sur le même sujet...