Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Le groupement de gendarmerie et l'escadron de gendarmerie mobile ont rendu hommage aux militaires morts en mission en 2013.Le groupement de gendarmerie et l'escadron de gendarmerie mobile ont rendu hommage aux militaires morts en mission en 2013.

Gap : l’hommage à un gendarme mort des suites d’un accident en montagne

La gendarmerie nationale a rendu hommage à ses morts, ce lundi à 17h15, à la caserne Moncey à Gap. Huit gendarmes sont morts en mission en 2013, ainsi que le rappelle le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, dans son message lu par le préfet Pierre Besnard.

La famille du major Sauzeau-Bertin, décédé en mai 2012 des suites d'un accident de ski, a dévoilé une plaque en sa mémoire, aux côtés du capitaine commandant l'escadron 26/6 de gendarmerie mobile de Gap.
La famille du major Sauzeau-Bertin, décédé en mai 2012 des suites d’un accident de ski, a dévoilé une plaque en sa mémoire, aux côtés du capitaine commandant l’escadron 26/6 de gendarmerie mobile de Gap.

A Gap, cette cérémonie a pris un caractère particulier puisqu’elle a été l’occasion de dévoiler une plaque à la mémoire du major Sauzeau-Bertin, de l’escadron 26/6 de gendarmerie mobile de Gap. Le major Sauzeau-Bertin se trouvait à la tête du poste provisoire d’Isola 2000, dans le cadre des renforts saisonniers, lorsqu’il a été victime d’un accident le 25 janvier 2011, lors d’une randonnée à ski en compagnie de deux gendarmes. Dans la descente, le sous-officier chute et glisse sur environ 200 mètres, avant de heurter des arbres. Grièvement atteint, il va réussir à recouvrer ses aptitudes mentales et une partie de ses capacités physiques. Mais il meurt le 14 mai 2012 des suites d’une infection, après quinze mois de combat contre ses souffrances.

Le major Sauzeau-Bertin était affecté à l’escadron de gendarmerie mobile de Gap depuis 2002. Il avait notamment servi lors d’opérations en Algérie, en Côte d’Ivoire et au Congo. Il avait aussi été distingué pour sa participation à la lutte contre l’orpaillage illégal, en Guyane, en 2009, dans le cadre de l’opération « Anaconda ».

La cérémonie était présidée par le préfet Pierre Besnard et le lieutenant-colonel Thomas Lecorvaisier, commandant par intérim du groupement de gendarmerie, en présence notamment du sénateur Pierre Bernard-Reymond, de Claire Bouchet, suppléante du député Joël Giraud, de Roger Didier, maire de Gap, de Bernard Jaussaud, conseiller régional, du procureur de la République, Raphaël Balland, et du directeur départemental de la sécurité publique, Pascal Manicacci.

Matheron produits pétroliers Gap

+ Sur le même sujet...