Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Le collège des Hauts de Plaine à Laragne-Montéglin (photo archives Google Street View)Le collège des Hauts de Plaine à Laragne-Montéglin (photo archives Google Street View)

Laragne reste en éducation prioritaire contrairement à Veynes, Serres et L’Argentière

26 Nov 2014 - 18:29

Seul le collège des Hauts de Plaine, à Laragne, restera en zone d’éducation prioritaire à la rentrée 2015. François-Mitterrand à Veynes, Les Giraudes à L’Argentière et le collège de Serres font partie des 10 établissements de l’académie à sortir du dispositif.

Pour rappel, les réseaux d’éducation prioritaires (REP) regroupent les collèges et les écoles rencontrant des difficultés sociales plus importantes que les autres. Pour classer ces établissements en REP, le recteur se base sur quatre paramètres :  le taux de professions et catégories socioprofessionnelles défavorisées, le taux de boursiers, le taux d’élèves résidant en zone urbaine sensible et le taux d’élèves en retard à l’entrée en 6e. Cette liste est révisable tous les quatre ans. Dans l’académie Aix-Marseille, l’éducation prioritaire concerne 20% des élèves.

Dans ces établissements, l’accent est mis sur l’accompagnement des élèves (scolarisation des moins de 3 ans, plus de maîtres que de classes, aide aux devoirs pour les 6e, internat de proximité…), le cadre (des assistants de prévention et de sécurité, un fonds pour financer des actions pédagogiques, un infirmier supplémentaire voire un assistant social…). De leur côté, les enseignants sont accompagnés et perçoivent des indemnités (1156€ annuels, majorés de 50% voire 100% dans les réseaux les plus difficiles en 2015).

Cette sortie de REP n’est donc pas sans conséquence à Veynes, Serres et L’Argentière même si elle s’accompagne de dispositions supplémentaires. « Une allocation progressive des moyens s’appliquera en fonction de la difficulté sociale afin de limiter les incidences d’une sortie de la carte de l’éducation prioritaire », indique le rectorat. Par ailleurs, les personnels des établissements qui sortent de l’éducation prioritaire »continueront de bénéficier de leurs indemnités pendant trois années et verront leur mutation facilitée s’ils souhaitent continuer de travailler en éducation prioritaire ».

 


+ Sur le même sujet...