Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Palais de justice (2)

« Corbeau de Crots » : la septuagénaire condamnée à une amende pour « complicité »

Le tribunal correctionnel de Gap a jugé, ce jeudi, qu’il n’avait pas la preuve que Gisèle Dauphin, 72 ans, était le « corbeau de Crots ». Il l’a néanmoins jugée coupable de « complicité », puisqu’il était établi qu’elle avait posté certains envois anonymes, et lui a infligé 90 jours-amende à 70€ (soit une amende de 6.300€, qu’elle devra payer, à défaut de quoi elle devrait purger 45 jours de détention). 1500€ de dommages-intérêts ont été alloués à l’une des parties civiles, et l’euro symbolique à une autre victime. La prévenue devra en outre payer la publication du jugement dans la presse.

Cette septuagénaire était suspectée d’avoir envoyé une série de lettres et colis anonymes, de menaces et même d’avoir commis des vols de courrier entre octobre 2012 et juin dernier. L’une des victimes est un gendarme de la brigade d’Embrun, qui avait dirigé la précédente enquête et qui a notamment reçu des rats vivants par colis postal, auxquels étaient joints des lettres outrageantes. La prévenue, qui avait déjà été condamnée à six mois d’emprisonnement avec sursis pour des courriers anonymes, niait être l’auteur de ces nouveaux envois.

Lors de l’audience du 23 octobre, le procureur de la République de Gap, Raphaël Balland, avait requis six à huit mois de prison ferme à l’encontre de la prévenue.

Le « corbeau de Crots » sévit depuis 2011 dans le quartier des Moulins, à proximité du carrefour entre la RN 94 et la route de Boscodon. C’est un conflit de voisinage lié à des acquisitions de terrains qui semble être à l’origine de cette vindicte qui s’exprime anonymement. Et qui a été marquée par plusieurs incendies criminels, classés sans suite par le parquet, faute d’auteur identifié. Lors de la première affaire, Gisèle Dauphin avait été confondue par son ADN que les techniciens en investigation criminelle de la gendarmerie avaient pu identifier derrière un timbre. La prévenue est allée jusqu’à la Cour de cassation pour contester sa condamnation, mais sans succès.


+ Sur le même sujet...