Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
natation

Gap : les éducateurs sportifs encadreront à nouveau la natation et le patinage scolaires

Le maire de Gap, Roger Didier, a annoncé ce vendredi soir, lors du conseil municipal, que l’intervention des éducateurs sportifs de la Ville (Etaps) pendant le temps scolaire, qui avait été supprimée en raison de la mise en place des nouveaux rythmes scolaires, sera rétablie au 1er janvier 2015. Les éducateurs sportifs de la Ville de Gap avaient été redéployés pour encadrer les activités périscolaires et n’intervenaient donc plus dans les cours de natation ou de patinage dans le cadre scolaire, comme c’était le cas par le passé. Cela avait entraîné une forte baisse de la fréquentation des piscines et de la patinoire par les écoliers.

Le maire a expliqué que l’intervention des éducateurs sportifs dans les activités périscolaires laissait un solde d’heures de 1260 heures. « Nous avons décidé de redistribuer ces heures sur des secteurs d’activités qui sont les plus demandés, en particulier la natation scolaire à hauteur de 600 h, après signature de conventions avec l’Education nationale. Par ailleurs, le patinage ne se pratiquait plus depuis la mise en place des rythmes scolaires. Nous le réintroduisons pour 200 h, à l’identique de ce qui se faisait en 2013 et 2014. Il reste 450 à 500 heures : nous les mettons à disposition des conseils d’école et des projets d’école pour des activités de pleine nature (ski, escalade, VTT). La Ville de Gap sera ainsi de nouveau exemplaire en la matière. La boucle est bouclée : les rythmes scolaires sont en place, nous redistribuons. Chacun sera content. » Et, effectivement, Jean-Claude Eyraud (groupe Gauche), qui avait demandé le rétablissement de l’intervention des Etaps dans le temps scolaire, a salué cette décision « qui va dans le bon sens ».

Cette annonce a été faite alors qu’un débat avait été ouvert par Bernard Jaussaud (PS) sur le détail des dépenses engagées pour la mise en place de la réforme des rythmes scolaires « pour laquelle vous avez traîné les pieds jusqu’au bout ». « C’est pas faux », a répondu Roger Didier. « Il faut assumer et j’assume. Je ne suis pas en mesure de vous dire ce que vont coûter les rythmes scolaires. Mais ne vous inquiétez pas, je vous dirai ce que ça coûte. Et ça coûtera. » D’ores et déjà, une somme de 85.000€ a été inscrite ce vendredi pour le coût de la cantine du mercredi midi.

(Photo d’illustration)


+ Sur le même sujet...