Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
parachutistes-de-l-air-04

Tallard : le ministre de la Défense confirme le maintien de huit parachutistes

Dans une lettre datée du 17 février et rendue publique ce mardi par la députée Karine Berger, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, confirme le rattachement du centre de formation et d’entraînement au parachutisme de haut niveau (CFEPHN) de Gap-Tallard au centre national des sports de la défense (CNSD) de Fontainebleau à compter du 1er octobre 2014. Il assure cependant que huit sportifs de haut niveau seront maintenus à Tallard.

Le ministre précise que « le transfert de la gestion administrative » du centre de Gap-Tallard à Fontainebleau « se traduira par la suppression de quatre postes d’encadrement qui existent aujourd’hui et le reclassement du personnel concerné ». Il souligne que « la pérennité de l’équipe de France militaire de parachutisme est assurée » et que « les parachutistes de haut niveau de l’armée de l’air continueront de s’entraîner sur le site de Gap-Tallard et seront rejoints par des parachutistes de haut niveau de l’armée de terre. Ce maintien de huit sportifs de haut niveau à Gap est rendu possible par la signature d’un protocole d’accord en cours de discussion avec la fédération française de parachutisme qui dispose de locaux à côté de l’actuel CFEPHN ».

Jean-Yves Le Drian assure que ses services « ont fait en sorte de circonscrire au maximum l’impact de cette mesure de réorganisation puisqu’elle concerne moins d’une dizaine de personnels, dans un département des Hautes-Alpes qui compte à ce jour une présence d’importantes capacités opérationnelles pour un effectif total de 750 personnes, incluant les 600 chasseurs du 4e régiment en garnison à Gap ».

« C’est proprement scandaleux »

Karine Berger indique que, « malgré les contraintes budgétaires et l’application d’une décision prise en 2010 », elle demande au ministre de la Défense « de bien vouloir reconsidérer sa position concernant le départ des quatre personnels d’encadrement et de trois sportifs ».

« Cela ne fait que confirmer ce que j’indiquais la semaine dernière, à savoir la dissolution du CFEPHN, même si le mot n’est pas employé par le ministre », déplore Jean-Michel Arnaud, maire et conseiller général de Tallard. « C’est proprement scandaleux. Je demande à la députée d’organiser un rendez-vous au ministère de la Défense avec les élus concernés et la Fédération française de parachutisme. Il faut éviter le sacrifice du CFEPHN, qui est le pôle ressource qui permet à l’équipe de France d’atteindre les performances qui sont les siennes. Nous devons en discuter de manière sérieuse, car la manière dont on est traité est pour le moins cavalière ».


+ Sur le même sujet...