Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Roger Didier

Gap : Roger Didier attaque Jean-Claude Eyraud et Bernard Jaussaud

Dans un tract, le maire sortant de Gap, Roger Didier (UMP), qui a frôlé la réélection dimanche dernier, s’en prend à ses concurrents Jean-Claude Eyraud et à Bernard Jaussaud. Pas une ligne sur Guy Blanc, ce qui ne manque pas d’étonner le candidat du groupe Gauche/EELV, Jean-Claude Eyraud : « Ne présente-t-il donc aucun intérêt à ses yeux, ou bien le considère-t-il comme son colistier virtuel ? », s’interroge-t-il.

Roger Didier reproche à Jean-Claude Eyraud son « opposition systématique », ce qui lui vaudrait son score de 12,3% au premier tour. « Nous ne répondrons pas plus précisément à cela, mais la taille du paragraphe qu’il nous accorde suscite dans notre groupe juste deux interrogations : si nous sommes si « mal récompensés » qu’il veut le faire entendre, pourquoi nous consacre-t-il autant de place dans son tract ? Et pourquoi, dans sa grande bonté, commence-t-il son tract par notre liste, et non pas par celle arrivée en deuxième position (celle de B. Jaussaud) ? », s’agace M. Eyraud. Si, sur le fond, il ne réagit pas à ces attaques, sur la forme, le candidat de Tous capables s’en donne à cœur joie : « Il nous a bien fait rire…  Avez-vous remarqué que M. Didier, tel Alain Delon, parle de lui à la 3e personne du singulier ? Encore plus fort, il écrit son nom en majuscules alors que ceux de ses adversaires sont en minuscules, faute de pouvoir les rendre invisibles ! Et, comble du culte de la personnalité, il s’attribue lui-même une note : 18,5/20 ! Tant qu’à faire… Mais quelle arrogance ! A-t-il donc un tel besoin de reconnaissance ? »

Cette note intervient dans l’un des deux paragraphes que le maire sortant accorde à Bernard Jaussaud, candidat PS/PC/MoDem. Roger Didier fait référence à « un trac bricolé en dernière minute » où Bernard Jaussaud « dénonce 13 promesses de 2008 que Roger Didier n’auraient pas tenues. Si c’était exact, 13 sur 185 promesses du programme de 2008, cela fait une note de 18,5/20 ! », ironise Roger Didier dans son bulletin. Bernard Jaussaud réplique : « Il a du mal à considérer que son bilan est très très maigre : même si je ne suis pas pour, il a promis plusieurs parkings qui n’ont pas été réalisés, tout comme la galerie commerciale rue Carnot. Il a réalisé la patinoire, on ne peut pas lui enlever. Même si elle est beaucoup mieux qu’avant, on aurait pu faire mieux et moins cher. J’ai de plus en plus d’échos sur des malfaçons, par exemple la glace a tendance à fondre en fin de match… »

Dans un deuxième paragraphe, Roger Didier attaque Bernard Jaussaud sur sa promesse « d’augmenter dès 2014 le budget de la culture de plus de 20 % ! ». Ce qu’il appelle « le retour aux vieux démons socialistes consistant à dépenser toujours plus votre argent ». « Lors du débat, lorsque j’ai parlé des investissements qu’on comptait faire, le maire s’est étonné et m’a répondu : « Que ça ? », rapporte Bernard Jaussaud. Nous avons chiffré nos projets à 90 millions d’euros. « Les investissements, c’est de l’ordre de 20 millions d’euros par an », m’a dit le maire. On a encore de la marge ! » Bernard Jaussaud estime que le tract de Roger Didier est finalement une incitation à voter pour lui : « Il n’a trouvé que ça à attaquer dans mon programme ! », s’amuse le candidat PS/PC/MoDem.


+ Sur le même sujet...