Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Des enseignants du lycée professionnel Paul-Héraud ont occupé l'inspection académique pour obtenir le maintien de la seconde classe de 3e DP6 de l'établissement.Des enseignants du lycée professionnel Paul-Héraud ont occupé l'inspection académique pour obtenir le maintien de la seconde classe de 3e DP6 de l'établissement.

Gap : les enseignants de Paul-Héraud ont « libéré » l’inspection académique

Des enseignants du lycée professionnel Paul-Héraud ont occupé l'inspection académique pour obtenir le maintien de la seconde classe de 3e DP6 de l'établissement.
Des enseignants du lycée professionnel Paul-Héraud ont occupé l’inspection académique pour obtenir le maintien de la seconde classe de 3e DP6 de l’établissement.

La vingtaine d’enseignants du lycée professionnel Paul-Héraud, qui occupait l’inspection académique à Gap depuis dix heures, a quitté les lieux ce mardi soir vers 20h30. Leur action était destinée à obtenir le maintien de la seconde classe d’intégration de 3e DP6 de l’établissement, dont la fermeture doit intervenir à la rentrée de septembre. Ils demandaient à rencontrer le recteur de l’académie d’Aix-Marseille, Ali Saïb. Ils ont reçu l’assurance d’une telle rencontre, même si aucun rendez-vous précis n’a été fixé. « Nous sommes loin d’être satisfaits, mais nous avons dû faire une sorte de compromis, sachant que le rectorat refusait toute rencontre tant que l’inspection académique était occupée », témoigne un membre du collectif Paul-Héraud.

L’inspection académique a été fermée au public et des policiers ont assuré le contrôle de l’accès tout au long de la journée. Les enseignants, qui s’attendaient à être délogés par la police en fin d’après-midi, ont finalement quitté les lieux de leur propre chef en début de soirée. « Nous attendons des précisions dès ce mercredi, puisque le Dasen (Directeur académique des services de l’Education nationale doit rencontrer le recteur », indique un membre du collectif d’enseignants.

Le Dasen, Philippe Maheu, n’entend pas revenir sur sa décision de fermeture. Il ne s’agit pas ici de moyens, qui resteront inchangés à Paul-Héraud, mais bien d’une question de fond. « C’est un problème d’idéologie », indique une enseignante de Paul-Héraud depuis un balcon de l’inspection académique. « Pour nous, le collège unique n’est pas une solution pour des élèves en échec scolaire. Les laisser au collège, c’est les laisser en échec scolaire. On nous parle d’enseignement au rabais alors que c’est le contraire. »

Cette occupation est soutenue par Solidaires, Sud Education et la CGT. Jean-Claude Eyraud, conseiller municipal d’opposition, est également venu apporter son soutien aux enseignants, ainsi que quelques élèves de l’établissement.

Dominique Frohring, secrétaire adjointe de la FSU 05, était quant à elle présente, tout en ne partageant pas le mode d’action choisi par les contestataires. La FSU n’est pas sur la même longueur d’ondes que le collectif. Pour le principal syndicat d’enseignants, « le lycée professionnel n’est pas touché par une mesure de carte scolaire. Nous serons donc vigilants sur les propositions d’orientation qui seront faites aux familles. On nous a assuré que les demandes d’inscription en 3e DP6 seraient respectées et qu’il pourrait y avoir un redéploiement de la dotation globale horaire de Paul-Héraud en fonction du nombre d’inscrits. Nous allons suivre cela de près et notamment veiller à ce que les orientations vers le privé (lycée professionnel Poutrain à Saint-Jean-Saint-Nicolas et Maison familiale et rurale de Ventavon) ne soient pas privilégiées, avec des sections de plus de 18 élèves, comme nous avons pu le constater à la dernière rentrée. »

Contacté, le rectorat n’a pas donné suite à nos sollicitations.


+ Sur le même sujet...