Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Le préfet de région Michel Cadot a visité l'exploitation de Jean-Luc et Marion Ranguis, avant de présider une table ronde sur l'avenir de la filière lait (photo préfecture 05).Le préfet de région Michel Cadot a visité l'exploitation de Jean-Luc et Marion Ranguis, avant de présider une table ronde sur l'avenir de la filière lait (photo préfecture 05).

Hautes-Alpes : l’Etat veut relancer la filière lait, en chute depuis 10 ans

9 Avr 2014 - 22:31
Le préfet de région Michel Cadot a visité l'exploitation de Jean-Luc et Marion Ranguis, avant de présider une table ronde sur l'avenir de la filière lait (photo préfecture 05).
Le préfet de région Michel Cadot a visité l’exploitation de Jean-Luc et Marion Ranguis, avant de présider une table ronde sur l’avenir de la filière lait (photo préfecture 05).

Avec 23, 5 millions de litres de lait en 2012-2013 (dont 80% dans le Gapençais et le Champsaur), les 195 producteurs de lait des Hautes-Alpes assurent 75% de la production régionale. Mais celle-ci a chuté de 30% en 10 ans.

C’est pour cette raison que le préfet de région, Michel Cadot, est venu dans le Champsaur, il y a quelques jours. Il a visité le Gaec de Jean-Luc Ranguis et de sa fille Marion, qui assure sur place la transformation de leur lait à Chabottes, avant de présider une table-ronde, à huis-clos. Objectif de l’Etat : amener la profession agricole et les autres acteurs de la filière à se mobiliser pour élaborer un projet collectif de développement de la filière lait des Hautes-Alpes.

Quatre ateliers devront proposer des pistes d’actions d’ici le mois d’octobre 2014 autour des enjeux de : l’exploitation agricole et qualité du lait ; la transformation ; la commercialisation et le développement de nouveaux produits et leur identité.

Pour le préfet de région, ces actions devront s’appuyer sur une modernisation des exploitations agricoles pour rendre plus vivable ce métier et sur un accompagnement renforcé de l’installation de nouveaux éleveurs. La filière lait attire en effet peu de jeunes, avec trois installations par an en moyenne sur près de 40 installations toutes filières confondues.