Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Patrice Renouf, président de la fédération du BTP des Hautes-Alpes : "Le BTP est au fond de la fouille, mais nous sommes loin d'être morts !"Patrice Renouf, président de la fédération du BTP des Hautes-Alpes : "Le BTP est au fond de la fouille, mais nous sommes loin d'être morts !"

Journée du BTP : les entrepreneurs préoccupés par les normes

Le comédien Serge Dupire (alias Vincent Chaumette de "Plus belle la vie") a évoqué quelques préoccupations des entrepreneurs sous la forme d'un sketch (photo Valérie Rossi).
Le comédien Serge Dupire (alias Vincent Chaumette de « Plus belle la vie ») a évoqué quelques préoccupations des entrepreneurs sous la forme d’un sketch (photo Valérie Rossi).

Mieux qu’un discours, c’est par un sketch de Serge Dupire, alias le peu scrupuleux chef d’entreprise Vincent Chaumette de « Plus belle la vie », que le BTP haut-alpin a fait passer ses messages, ce samedi matin, au CNPO de la baie des Hyvans, à Chorges. Campant un entrepreneur, le comédien passait en revue quelques préoccupations du secteur, depuis les banquiers jusqu’à l’accumulation des normes, en passant par les auto-entrepreneurs, les formations obligatoires à l’amiante ou encore la concurrence des travailleurs détachés venus de Roumanie…

Dans la foulée, le préfet des Hautes-Alpes, Pierre Besnard, avec le franc-parler qu’on lui connaît, a demandé aux entrepreneurs du département de ne pas « surjouer le pessimisme », épinglant au passage « des discours que j’entends depuis des années » et rappelant aussi que « l’amiante, c’est 5000 morts par an, il faut donc accepter quelques contraintes ». Interrogé par Patrice Renouf, président de la fédération du BTP 05, sur les fiches de pénibilité que les entreprises vont devoir remplir quotidiennement, le préfet a indiqué avoir fait remonter l’inquiétude à l’administration centrale. Le ministre attend un rapport sur la question d’ici la fin du mois. Pierre Besnard en a profité pour annoncer qu’il souhaitait réunir tous les acteurs du BTP le 24 juin à Gap « pour évoquer les difficultés qui peuvent se poser avec l’Etat au niveau local ».

La rocade de Gap pourrait pâtir du report de l’écotaxe

Le préfet Pierre Besnard aux entrepreneurs : "Ne surjouez pas le pessimisme !"
Le préfet Pierre Besnard aux entrepreneurs : « Ne surjouez pas le pessimisme ! »

Le préfet a reconnu que la rocade de Gap « peut être touchée » par un problème de financement : « C’est un problème national qui se pose pour les infrastructures routières et ferroviaires du fait du report de l’écotaxe », a expliqué M. Besnard. « Sans écotaxe, il n’y a pas de fonds pour l’Afit (Agence de financement des infrastructures de transport). » Pour la rocade, « on risque d’avoir peut-être un mois de retard », a rassuré le préfet. « Comme nous avons des cofinancements (de la Région, du Département et de la Ville de Gap, NDLR), nous pouvons avancer. De toute façon, ce projet est inscrit dans le marbre, il se fera. »

Pierre Besnard est également revenu sur le projet de lignes à très haute tension de RTE (Réseau de transport d’électricité). « Nous en sommes à la signature des DUP (déclarations d’utilité publique) par les ministres concernés. Comme vous le savez, il y a eu un remaniement ministériel, ce qui fait qu’on repart un peu de zéro, même si ce n’est pas tout à fait ça. » Le préfet a d’ailleurs invité « le milieu économique à agir, à faire du lobbying. Au bout d’un moment, il faut savoir ce qu’on veut. Il y a du contentieux pour quelques kilomètres de tracé. Est-ce qu’il faut pour cela retarder de six mois encore ? »

Le préfet a aussi redit sa volonté de parvenir à vendre des délaissés de RFF (Réseau ferré de France) autour de la gare de Gap, « à la Ville ou à un bailleur », pour y réaliser des logements.

Patrice Renouf, président de la fédération du BTP des Hautes-Alpes : "Le BTP est au fond de la fouille, mais nous sommes loin d'être morts !"
Patrice Renouf, président de la fédération du BTP des Hautes-Alpes : « Le BTP est au fond de la fouille, mais nous sommes loin d’être morts ! »

Invité de cette journée du BTP 05, Jacques Chanut, le nouveau président (élu) de la Fédération française du bâtiment (FFB), a mis l’accent sur « l’enjeu des primo-accédants », autrement dit des familles qui veulent acquérir leur premier logement. « C’est bien là qu’il y a un manque, estime M. Chanut. Nous ferons des propositions très concrètes à Mme Pinel. Des propositions réalistes, justes et efficaces, car c’est un sujet majeur. De plus, il n’y a pas d’effet d’aubaine, à l’inverse d’autres dispositifs. Et pour nos entreprises, ce qui compte, c’est de relancer notre marché. »

Travailleurs étrangers détachés : « Je souhaite qu’on arrive à faire condamner un maître d’ouvrage public »

En matière de normes, « il faut être prosaïque, ce n’est pas d’un moratoire dont nous avons besoin mais d’un retour en arrière ! Il faut reconnaître que c’est l’accumulation de ces normes qui pose problème, même si ces normes ont toutes une justification. Nous y avons nous aussi participé avec nos 32 métiers où chacun a voulu préserver son pré carré. Ce sont quelquefois de mauvaises réponses à de bonnes questions. Aujourd’hui, ce n’est pas une norme qu’il faut supprimer en en créant une nouvelle, mais deux ! Il faut conserver l’essentiel de ces normes et tant pis pour le reste, car nous ne pouvons pas avoir un monde parfait ! »

S’agissant des travailleurs étrangers détachés, « c’est une atteinte à nos valeurs, à notre éthique. Si ce modèle économique s’installe, ce sera destructeur dans le temps. Mais cela, on le combat aussi par la responsabilisation du maître d’ouvrage. Il doit être juridiquement responsable quand il donne le marché à une entreprise qui a manifestement recours aux travailleurs détachés, avec des offres qui sont inférieures de 15 ou 20% aux autres alors que la marge est de 2 ou 3% pour nos entreprises. Je souhaite qu’on arrive à faire condamner un maître d’ouvrage public comme nous l’avons fait avec un promoteur privé d’Annecy. »

Au final, Jacques Chenut en a appelé aux pouvoirs publics : « Relancez le bâtiment et le pays sera relancé ! »


+ Sur le même sujet...