Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Jean-Yves Dusserre et Jean-Michel Arnaud, tous deux candidats à l'investiture, entourent le sénateur sortant, Pierre Bernard-Reymond.Jean-Yves Dusserre et Jean-Michel Arnaud, tous deux candidats à l'investiture, entourent le sénateur sortant, Pierre Bernard-Reymond.

Sénatoriales : Jean-Yves Dusserre investi par l’UMP face à Jean-Michel Arnaud

Jean-Yves Dusserre, président (UMP) du Conseil général des Hautes-Alpes, a été désigné, ce mardi, par la commission nationale d’investiture de l’UMP pour briguer la succession de Pierre Bernard-Reymond au Sénat, lors des élections sénatoriales du 28 septembre prochain. Son premier vice-président, Jean-Michel Arnaud, maire de Tallard et président de l’association départementale des maires, sollicitait également l’investiture de l’UMP. Pierre Bernard-Reymond, sénateur non-inscrit sortant, a annoncé en janvier dernier qu’il ne se représenterait pas.

Jean-Yves Dusserre et Jean-Michel Arnaud, tous deux candidats à l'investiture, entourent le sénateur sortant, Pierre Bernard-Reymond.
Jean-Yves Dusserre et Jean-Michel Arnaud, tous deux candidats à l’investiture, entourant le sénateur sortant, Pierre Bernard-Reymond, lors d’une réunion de l’association des maires, il y a quelques semaines.

Jean-Yves Dusserre est soutenu par l’ex-députée (UMP) Henriette Martinez, maire de Laragne-Montéglin et présidente départementale de l’UMP, dont on connaît l’antagonisme avec Jean-Michel Arnaud. Ce dernier bénéficie pour sa part du soutien du sénateur sortant, Pierre Bernard-Reymond, dont il est le suppléant. « Il y a incontestablement une prime à un président de conseil général devant la commission d’investiture », commente PBR.

En dépit de l’investiture accordée par le parti à Jean-Yves Dusserre, une primaire devrait opposer les deux candidats de l’UMP le 28 septembre prochain. Pour l’heure, aucun des deux ne confirme d’ailleurs officiellement sa candidature… y compris le candidat investi ! « A la Saint-Léonce, pas d’annonce », a ironisé M. Dusserre, ce mercredi midi, chez nos confrères d’Alpes 1. Les deux hommes devraient se déclarer officiellement après la désignation des « grands électeurs », ce vendredi, par l’ensemble des conseils municipaux du département.

Selon un document diffusé par la « direction des élections » du parti aux membres de la commission nationale d’investiture et révélé par Le Lab d’Europe 1, l’UMP, qui aurait pris acte qu’il y aurait deux candidatures, considère qu’elle « devrait conserver son siège » dans les Hautes-Alpes.

A gauche, les militants du PS sont appelés à désigner leur candidat le jeudi 3 juillet. Joël Bonnaffoux, maire et conseiller général de La Bâtie-Neuve, est pressenti.

Lors des sénatoriales de 2008, Pierre Bernard-Reymond avait été élu au second tour avec 57,72% des voix face au divers gauche Auguste Truphème (40,11%) et à l’écologiste Michel Olivier (2,17%). Au premier tour, PBR, sénateur sortant après avoir succédé à Marcel Lesbros, décédé l’année précédente, et officiellement investi par l’UMP, avait dû faire face à la présence de plusieurs candidats de droite : le maire des Orres, Paul Dijoud, le maire de Saint-Bonnet-en-Champsaur, Jean-Pierre Festa, et l’ancien vice-président du Conseil général, Christian Séard, associé pour l’occasion au conseiller général du Queyras, Jean-Claude Cattala (radical de gauche). Jean-Yves Dusserre, qui avait été élu président du conseil général quelques mois plus tôt, n’avait pris position pour aucun candidat avant le premier tour.

Désignation des « grands électeurs » ce vendredi

Les 172 conseils municipaux des Hautes-Alpes sont appelés à déléguer leurs délégués, ce vendredi 20 juin. 121 communes désigneront un seul délégué, 39 en éliront trois, six en éliront cinq, deux en désigneront sept (Chorges et Veynes), deux en éliront quinze (Embrun et Laragne-Montéglin), Briançon élira neuf suppléants (sachant que les 33 conseillers municipaux sont délégués de droit) et Gap désignera 13 titulaires en plus de ses 43 conseillers municipaux et 13 suppléants. Notons que les conseillers généraux, les conseillers régionaux et les parlementaires participeront également à l’élection du futur sénateur.


+ Sur le même sujet...