Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Ségolène Royal

A Vallouise, Ségolène Royal donne des assurances aux éleveurs sur le loup

Ségolène Royal, qui a inauguré la nouvelle maison du Parc national des Ecrins à Vallouise, s'est entretenue pendant 30 minutes avec les agriculteurs au sujet du loup et de la loi sur l'eau (photos Philippe PERRIN).
Ségolène Royal, qui a inauguré la nouvelle maison du Parc national des Ecrins à Vallouise, s’est entretenue pendant 30 minutes avec les agriculteurs au sujet du loup et de la loi sur l’eau (photos Philippe PERRIN).

Ségolène Royal, ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, a inauguré la nouvelle maison du Parc national des Écrins, à Vallouise, ce samedi après-midi. Mais ce déplacement ministériel, qui se poursuivra dimanche dans le Queyras, a aussi été l’occasion d’évoquer la protection des troupeaux d’élevage contre le loup, notamment dans les espaces naturels classés. Il faut dire que l’actualité s’y prêtait bien après les déclarations de Mme Royal à ce sujet et les attaques qui se sont produites ces derniers jours dans le Valgaudemar, sur le territoire du Parc des Ecrins. 47 bêtes ont été retrouvées mortes, une trentaine sont blessées et 80 sont toujours portées disparues sur un alpage de La Chapelle-en-Valgaudemar.

Ségolène Royal a redit son souci de préserver les éleveurs. Elle projette ainsi de signer un nouvel arrêté donnant la possibilité aux préfets d’assouplir les modalités de prélèvement de loups, là où l’intensité et la récurrence des dommages à l’élevage le justifient, et notamment en autorisant les prélèvements à l’occasion de battues au grand gibier ou de chasse à l’approche ou à l’affut d’espèces de grand gibier sous le contrôle de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage.

A Vallouise, Mme Royal a accordé un entretien d’une demi-heure aux organisations professionnelles agricoles des Hautes-Alpes, qui a été largement consacré au loup. « Elle est dans la proposition, certes équilibrée, mais qui conduit à des avancées », reconnaît Pierre-Yves Motte, président de la chambre d’agriculture. « Sans aller jusqu’à autoriser des tirs de prélèvement dans les parcs nationaux, elle envisage au moins des tirs d’effarouchement et des mesures de protection. Ce n’est jamais assez, mais il est important d’apporter des réponses efficaces et urgentes. » La ministre aurait notamment déclaré aux agriculteurs que, si le nouvel arrêté qu’elle venait de mettre à la consultation ne pouvait pas être mis en œuvre, elle n’hésiterait pas à recourir à la loi. « Ce sont des propos forts de la part d’un ministre », souligne M. Motte. Dans un communiqué, la FDSEA et les Jeunes agriculteurs considèrent que « la ministre a pris conscience qu’il faut agir y compris dans les parcs nationaux. La preuve en est que la ministre a invité la délégation à présenter ce problème au prochain Groupe national Loup. »

Autre point évoqué par la délégation, celui de l’eau et de la mise en œuvre d’une « réglementation drastique » des débits réservés. « La ministre a été très à l’écoute », témoigne Pierre-Yves Motte. « Nous avons pu constater qu’elle n’était pas pour rien dans l’adoption en commission de l’amendement déposé par nos deux députés, qui va dans le bon sens. »

Le troisième point abordé est celui de « la concurrence déloyale des autres pays européens subie par nos arboriculteurs liée à l’homologation franco-française des produits de protection des plantes », relèvent la FDSEA et les JA. « La ministre a promis d’étudier le problème. »

Les opposants au projet de lignes à haute et très haute tension ont été tenus à l'écart par un cordon de CRS (photo Philippe PERRIN).
Les opposants au projet de lignes à haute et très haute tension (mais aussi des militants anti-corrida) ont été tenus à l’écart par un cordon de CRS (photo Philippe PERRIN).

S’agissant du projet Haute-Durance de RTE (Réseau de transport d’électricité), une cinquantaine d’opposants étaient présents à Vallouise à l’initiative d’Avenir Haute-Durance. Selon nos confrères de Dici Radio, Ségolène Royal a indiqué avoir demandé à RTE de rechiffrer le coût de l’enfouissement. La ministre a également invité la Région et le Département à se positionner sur un financement possible de ce surcoût. Autant dire que cela devrait retarder la signature de la déclaration d’utilité publique, au grand dam du milieu économique local, également présent pour soutenir le projet de construction des nouvelles lignes à haute et très haute tension.

Les services de l’Etat mobilisés pour aider les éleveurs du Valgaudemar

Après les attaques subies par plusieurs éleveurs dans le Valgaudemar, « la priorité est de les aider à retrouver les 80 brebis manquantes », martèle Pierre-Yves Motte, président de la chambre d’agriculture. « Les services de l’Etat ont bien pris conscience de la détresse de ces agriculteurs. Hier, des recherches ont ainsi été menées avec l’aide de l’hélicoptère du PGHM. » Par ailleurs, « sous la responsabilité des services de l’Etat et du Parc national des Ecrins, deux cabanes héliportables ont été transportées sur les alpages attaqués ou proches de façon à assurer une surveillance permanente. Deux autres devraient suivre en début de semaine prochaine sur des alpages à hauts risques. Pour nous, il est indispensable de pouvoir recourir à des tirs d’effarouchement. »


+ Sur le même sujet...