Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Une délégation d'enseignants du lycée Paul-Héraud s'est exprimée en ouverture du conseil communautaire.Une délégation d'enseignants du lycée Paul-Héraud s'est exprimée en ouverture du conseil communautaire.

Classe DP6 : la communauté d’agglomération engage un bras de fer avec l’inspecteur d’académie

Une délégation d'enseignants du lycée Paul-Héraud s'est exprimée en ouverture du conseil communautaire.
Une délégation d’enseignants du lycée Paul-Héraud s’est exprimée en ouverture du conseil communautaire.

Le conseil de la communauté d’agglomération du Gapençais, réuni ce vendredi soir à l’hôtel de ville de Gap, a décidé « d’exiger » le maintien de la classe de 3e DP6 du lycée Paul-Héraud, dont la suppression a été décidée par le Dasen (directeur académique des services de l’Education nationale). Il va écrire dans ce sens au ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon, et de nouveau au recteur, au Dasen et aux parlementaires. Le président de la communauté d’agglomération, Roger Didier, a par ailleurs annoncé qu’il allait écrire à l’ensemble des maires du bassin gapençais pour les appeler à se mobiliser.

Lors de la rencontre avec le Dasen, le 4 février, à l’issue de laquelle la délégation pluraliste d’élus qui avait été reçue avait décidé de ne pas communiquer, Philippe Maheu a exprimé « une position intransigeante », selon les termes de Roger Didier. Le recteur d’académie a de son côté confirmé par écrit la décision de fermer cette classe. Selon le maire de Gap, cette décision repose « sur un parti-pris un peu idéaliste, si ce n’est idéologique, selon lequel tous les élèves doivent poursuivre leurs études jusqu’en 3e au collège. Le Dasen souhaite une remotivation des enseignants de collège pour arriver à cet objectif ».

Une « accusation » du Dasen qui fait bondir la porte-parole des enseignants de Paul-Héraud qui s’est exprimée à l’ouverture du conseil communautaire. « Comment expliquer cette décision alors qu’il y a une structure qui fonctionne et qu’on nous parle d’équilibrage au profit de Briançon », demande l’équipe éducative. « On accorde des moyens pour Marseille au détriment du nord de l’académie. »

A la rentrée 2013, il y a eu 103 demandes pour 54 places dans les deux classes de 3e DP6. « Cette solution est pour nous efficace pour éviter que ces élèves décrochent et se retrouvent dans la rue », considère Roger Didier, qui s’est félicité du caractère « unanime » de la « lutte contre la suppression de cette classe ».

Jean-Claude Eyraud (groupe Gauche) soutient « sans réserve » les propositions du président de la communauté d’agglo. « Je suis particulièrement contrarié par ce blocage du Dasen, d’autant que, au moment où il nous disait cela, j’apprenais que les moyens baissaient dans les collèges des Hautes-Alpes ! »


+ Sur le même sujet...