Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Photo d'illustration Gendarmerie nationale.Photo d'illustration Gendarmerie nationale.

Avalanche de Ceillac : les six skieurs disparus retrouvés morts

25 Jan 2015 - 11:28


Les corps sans vie des six skieurs de randonnée portés disparus depuis ce samedi en fin d’après-midi, ont tous été retrouvés, ce dimanche, dans le vallon de Bachas, sur la commune de Ceillac. Trois premiers corps avaient été découverts dans la nuit de samedi à dimanche, vers 1h30. Les trois autres corps ont été retrouvés ce dimanche matin à 9h10.

Les six victimes sont quatre hommes et deux femmes, âgés de 58 à 73 ans, cinq étant domiciliés dans les Hautes-Alpes et membres du Club alpin français (Caf), et un dans le Var. Quatre victimes ont été découvertes en bas de l’avalanche, et deux autre plus haut. Il s’agit d’une avalanche de plaque, dont le déclenchement a été provoqué par le passage du groupe de skieurs. Ces skieurs aguerris étaient équipés de dispositifs de détection de victimes en avalanche (DVA), ce qui a permis de retrouver certains corps. D’autres ont pu être localisés par les maîtres-chiens de la gendarmerie.

Il s’agit de deux habitants de Guillestre, deux de Vars, un de L’Argentière-la-Bessée et un du Var. Les identités ont été dévoilées par les autorités : Alain Vincent (encadrant du ski de randonnée au Caf du Guillestrois), Guy Rondot, Jeanne David, Carol Nash-Hamilton (ostéopathe à Guillestre), Bruno Girard et Jacques Chabrier.

Les opérations de recherche avaient été engagées ce samedi, en fin d’après-midi, par le PGHM (peloton de gendarmerie de haute-montagne) de Briançon après l’alerte donnée par des proches. Ces skieurs aguerris étaient partis ce samedi matin du parking de la station de Ceillac, dans le Queyras. Ils avaient prévu d’effectuer une randonnée en montant le vallon du Bachas puis de redescendre un couloir au Nord, secteur des Crestettes, et de rejoindre le lac Miroir en fin de course. Il devaient rentrer entre 12h et 13 heures. Le groupe n’étant pas revenu dans l’après-midi, des proches ont alerté les secours, vers 17h30.

Dans un communiqué commun, le préfet des Hautes-Alpes, Pierre Besnard, et le procureur de la République de Gap, Raphaël Balland, précisent que « trois corps sans vie ont été retrouvés dans une grosse coulée de neige située vallon de Bachas, par les secouristes, dans la nuit. Les recherches ont dû être interrompues compte tenu des conditions difficiles rencontrées sur le terrain (manteau neigeux très instable). Un PC de crise composé d’élus de la commune, du commandant du groupement de gendarmerie et du PGHM, a été mis en place et piloté par le préfet des Hautes-Alpes cette nuit à 2h dans la salle des fêtes de la commune. Un accueil et une assistance psychologique ont été dédiés aux familles. » Ces dernières ont été accueillies sur place dès samedi soir.

Les opérations de recherche ont repris ce dimanche matin, à 7h30. 18 secouristes du PGHM ainsi que deux maîtres-chiens d’avalanche appuyés par l’hélicoptère de la gendarmerie ont été engagés. Les corps des trois autres victimes ont été retrouvés à 9h10.

Le procureur de la République de Gap s’est rendu sur place à l’aube. « Une enquête judiciaire a été ouverte du chef d’homicide involontaire et confiée au PGHM de Briançon afin de connaître avec précision les circonstances dans lesquelles s’est produit ce tragique accident », précise Raphaël Balland.

« Ce drame nous frappe de stupeur », commente le maire de Ceillac, Christian Grossan. « Cette tragédie survenant après tant d’autres dit mieux que tous les discours que le risque zéro n’existe pas et que la plus grande prudence comme l’expérience ne mettent jamais à l’abri de tels événements. »

Lors du 15e congrès national de la Fédération française des clubs alpins et de montagne, ce dimanche à Nantes, le président Georges Elzière, a adressé aux familles des victimes et à leurs proches, « ses condoléances et son soutien ». Les six victimes étaient membres des Clubs alpins du Guillestrois, de L’Argentière-la-Bessée et de Briançon.

Un début d’année meurtrier

Le risque d’avalanche était de niveau 3 sur 5 (il l’est encore ce dimanche) au-dessus de 2000 m d’altitude dans le Queyras, avec un risque de déclenchement de plaques à vent fragiles au dessus de 2000/2200 m au passage de skieurs. Selon Météo-France, deux avalanches de plaque assez volumineuses se sont produites ces derniers jours au passage de skieurs, dans le Queyras (versant Sud/Sud-Est) et dans l’Embrunais-Parpaillon (versant Nord-Ouest), vers 2500 m.

Lors de ses voeux vendredi, le préfet, évoquant ce début d’année meurtrier en montagne, a recommandé aux skieurs la plus grande prudence, d’autant plus lorsque le risque d’avalanche est si marqué. Trois personnes ont déjà trouvé la mort, cet hiver, dans des avalanches survenues dans les Hautes-Alpes : un skieur de randonnée avait été tué le 31 décembre au col du Galibier, et le guide briançonnais Philippe Ligerot et un client sont morts, ce jeudi à Puy-Saint-Vincent, après avoir été projetés dans le vide par une coulée de neige.

Ceillac a déjà connu plusieurs avalanches mortelles, mais c’est évidemment la première fois qu’on déplore un aussi grand nombre de victimes. Le 19 mars 2011, trois skieurs de randonnée isérois avaient trouvé la mort, emportés par une avalanche. Le 6 mars 2010, deux personnes avaient déjà été tuées dans les mêmes circonstances.

(Photo d’archives)


+ Sur le même sujet...