Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Stéphane Brunier Marine Delon3

Stéphane Brunier et Marine Delon heureux de leur premier «Monte-Carlo»

26 Jan 2015 - 22:39


Ils faisaient partie des huit équipages amateurs haut-alpins en lice pour ce 83e rallye Monte-Carlo : le Gapençais (et néo-Ancellus) Stéphane Brunier a terminé à 76e place avec sa Twingo R1 (avec Sylvain Ferre en copilote), la Gapençaise Marine Delon a été copilote de Charlotte Dalmasso, nouvellement intégrée en WRC junior, qui s’est classée 61e avec sa DS3. Au lendemain de l’arrivée du rallye, les deux Haut-Alpins nous font partager leurs impressions.

Le bilan de leur rallye

Charlotte Dalmasso et Marine Delon ont terminé à la 61e place.
Charlotte Dalmasso et Marine Delon ont terminé à la 61e place.

Marine Delon : « Mission accomplie puisqu’on a atteint Monaco. C’est tellement une grande satisfaction d’être à l’arrivée. Il n’y a pas de déception. C’était assez impressionnant. On a fait ce qu’on a pu sur la neige et la glace, et on s’est vraiment amusées sur les parties sèches. On n’avait jamais couru ensemble, donc il faut quand même un temps d’adaptation, on n’avait jamais couru ce rallye avec tous les choix de pneus à faire et on ne connaissait pas la voiture. C’est sûr que c’était des difficultés en plus. »

Stéphane Brunier : « Ce rallye a été mouvementé pour nous. Mais la finalité est belle. Nous sommes arrivés à Monaco, ce qui restait un de nos principaux objectifs. On a réalisé les meilleures performances dans notre classe, avec huit meilleurs temps en RC5 sur 14 spéciales. Après il y a la part mécanique et un peu la chance !  Au final, c’était encore plus grandiose que ce qu’on imaginait.»

Les coups durs

L'assistance de Stéphane Brunier a pu installer une nouvelle boîte à vitesses dans la soirée pour pouvoir continuer.
L’assistance de Stéphane Brunier a pu installer une nouvelle boîte à vitesses dans la soirée pour pouvoir continuer.

Stéphane Brunier : « Dans l’ES 8 (Les Costes – Saint-Julien-en-Champsaur), la boîte à vitesses a lâché. Sur le coup, j’étais effondré. Pour moi, c’était l’arrêt. Didier Giraud, qui chapeautait notre assistance, nous a secoués. On a appelé des tas de personnes. On a trouvé une première boîte de Twingo à Cavaillon. Sylvain (Ferre, son copilote) est parti la chercher. On en a trouvé une autre à Sisteron. On a réussi à la changer dans les temps. On est rentré à 20h au parc d’assistance ; à 21h, on était hors course ! C’était vraiment un beau moment de mobilisation et de solidarité. C’était un beau moment à vivre… avec le recul, car, sur le coup, on ne pensait pas à ça ! »

Marine Delon : « Dans l’ES 1, on a pris un mur de face. Ca calme ! Puis dans la spéciale du col de Faye, on a glissé et on s’est retrouvé coincées en travers de la route, entre deux murs de neige. Si un autre pilote arrivait à ce moment-là, il n’avait pas de vision, et il ne pouvait pas éviter de nous rentrer dedans ! »

Les plus beaux souvenirs

Stéphane Brunier et Sylvain Ferre ont reçu les félicitations de Sébastien Ogier à Monaco !
Stéphane Brunier et Sylvain Ferre ont reçu les félicitations de Sébastien Ogier à Monaco !

Marine Delon : « Le (col du) Turini, j’en rêvais, et j’ai bien apprécié. C’était un régal. Il y a aussi l’arrivée sur la place du palais princier à Monaco, avec des milliers de personnes, Sébastien Ogier, les grands pilotes, le prince Albert… C’était magique ! »

Stéphane Brunier : « Dans les trois premières spéciales du Champsaur et du Valgaudemar, on s’est vraiment régalé. J’avais même peur d’en faire trop… La spéciale du col de Faye, qui a été un bon moment de 52 km, même si on a rattrapé un concurrent grec qui nous a bloqués sur 30 km ! Et puis, les félicitations de Sébastien Ogier à Monaco. Je m’étais présenté à lui pendant les reconnaissances. Avant la remise des prix, il est venu de lui-même nous voir et nous a félicités. Il était au courant de tout, pour la boîte à vitesses, pour nos performances… C’était super beau, c’était touchant. C’était la petite cerise sur le gâteau ! »

L’avenir

Stéphane Brunier : « On va peut-être faire le tour de Corse, en octobre, si c’est le rallye de France (à la place du rallye d’Alsace, Ndlr). Et, en 2016, on sera au Monte-Carlo. Ce qu’on a fait nous donne de l’espoir. Et on a une revanche à prendre ! »

Marine Delon : « Je vais sans doute participer à des rallyes du championnat de France. Ca va se décider dans les prochains jours. »


+ Sur le même sujet...