Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Centrale photovoltaïque Espinasses (3)

Les Hautes-Alpes, les pays SUD et Grand Briançonnais « territoires à énergie positive »

11 Fév 2015 - 15:36


La ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, a dévoilé, ce lundi, les 212 lauréats qui recevront le label « Territoires à énergie positive ». Huit d’entre eux sont situés en Provence-Alpes-Côte d’Azur, dont trois dans les Hautes-Alpes. Il s’agit du Conseil général des Hautes-Alpes, et des Pays Serre-Ponçon – Ubaye – Durance (Sud) et du Grand Briançonnais (associé au parc naturel régional du Queyras).

Il s’agit d’encourager la réduction de la consommation d’énergie dans les bâtiments ; la diminution des émissions de gaz à effet de serre dans les transports ; une gestion plus durable des déchets ; le développement des énergies renouvelables ; la préservation de la biodiversité ; l’éducation à l’environnement et la participation citoyenne. L’objectif du gouvernement est aussi de générer une « croissance verte » au travers de ces projets, en visant la création de 100.000 emplois en trois ans.

Les trois territoires haut-alpins labellisés se verront attribuer une aide financière de 500.000 euros, sous forme de subventions, qui pourra être renforcée jusqu’à 2 millions d’euros en fonction de la qualité des projets.

Parallèlement, d’autres collectivités candidates ont été classées comme « territoires à énergie positive en devenir ». C’est le cas, dans les Hautes-Alpes, de l’agglomération « Gap en + grand », de la Ville de Gap et du syndicat mixte du Scot (schéma de cohérence territoriale) de l’aire gapençaise. Enfin, la commune de Saint-Léger-les-Mélèzes, qui a un projet de transition énergétique, et le parc naturel régional des Baronnies provençales, qui a mis en place depuis 2012 un conseiller en énergie partagée pour réduire la consommation des collectivités du parc, bénéficieront d’un contrat local de transition énergétique.

Ces cinq collectivités et structures locales ne bénéficieront pas d’aide financière dédiée, mais d’un accompagnement des services de l’Etat et de l’Ademe, voire d’aides en fonction des projets.


+ Sur le même sujet...