Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Bouteille-Méthode-trad-Brut-682x1024

Contestée par les producteurs de crémant, l’IGP des mousseux des Hautes-Alpes en voie d’être confirmée

19 Fév 2015 - 12:19


L’IGP (indication géographique protégée) des vins mousseux des Hautes-Alpes, qui est contestée par les producteurs de crémant, est en voie d’être confirmée par le Conseil d’Etat. C’est en tout cas le sens des conclusions du rapporteur public, qu’il a livrées, ce mardi, devant la plus haute juridiction administrative française. Le Conseil d’Etat, qui a déjà confirmé l’IGP Var et annulé d’autres IGP en décembre dernier, doit rendre son arrêt le mois prochain.

Fin 2011, le ministère de l’Agriculture avait accordé l’IGP à 36 vins effervescents, ce qui avait entraîné autant de recours de la Fédération nationale des producteurs et élaborateurs de crémant. Ce mardi, le Conseil d’Etat examinait quatorze de ces recours. Le rapporteur public a conclu à l’annulation de douze de ces IGP, et à la confirmation des IGP Hautes-Alpes et Maures. Pour lui, ces deux indications bénéficient d’une réelle antériorité de production (les premières bouteilles de mousseux ont été produites en 1959 dans les Hautes-Alpes) et leur cahier des charges explique bien leur lien avec leur territoire. Pour les douze autres IGP, il a reconnu l’antériorité de la production de ces mousseux, mais il a considéré que le lien au territoire n’était pas assez satisfaisante.

(Photo d’illustration)